Où le caresser pour décupler son plaisir ?

Getty Images

On associe souvent les préliminaires aux femmes. A tort ! Les hommes aussi ont besoin de caresses sensuelles pour attiser leur désir. Encore faut-il connaître les endroits qui les stimulent le plus. Eh non, tous ne se situent pas au niveau de son entrejambe… Dans son dernier livre, Votre plaisir vous appartient (Flammarion Document), le psychiatre et addictologue Laurent Karila recense les zones érogènes masculines. En voici cinq auxquelles on ne pense pas toujours spontanément, mais qui peuvent aider à renouveler vos jeux intimes… et peut-être à en découvrir d’autres, spécifiques à votre partenaire. Sensations garanties !

  • Les oreilles. Comme chez les femmes, le lobe est particulièrement sensible chez les hommes. Léchez-le, mordillez-le, toutes les fantaisies sont permises avec ce petit de bout de chair très innervé.
  • Les mamelons. Si les hommes en ont aussi, ce n’est pas pour rien. 50% d’entre eux adoreraient qu’on joue avec, du bout des doigts ou du bout de la langue. Tout dépend de votre inspiration, du moment que vous le faites en douceur.
  • Les cuisses. Pas besoin d’être un grand sportif pour avoir le cuissot charnu et charnel. Le docteur Karila recommande de le caresser tendrement en partant des genoux et en remontant vers le haut. Pour la suite, on laisse libre cours à votre imagination…
  • Les fesses. Si vous aimez masser votre partenaire, ne vous arrêtez pas au creux de ses reins. Son arrière-train en serait très frustré, car lui aussi apprécie les palpations, les mordillements et les pincements. Essayez donc et n’hésitez pas à glisser autour de l’anus, une autre zone particulièrement vascularisée.
  • Le périnée. Vous connaissez sans doute bien cette partie de votre anatomie que les professeurs de sport vous incitent constamment à contracter pour faire travailler vos abdos… Chez l’homme, elle se situe entra la base de la verge et l’anus. En la massant délicatement mais généreusement, vous stimulerez de manière indirecte le point P de votre compagnon. Situé au niveau de la prostate, il s’agit de l’équivalent masculin du fameux point G et il promet des orgasmes tout aussi exacerbés.

Lire aussi S’embrasser pour s’embraser

Sur le même thème