Sexo : cette femme me trouble…

Illustration : Claire Bouilhac

Les hommes, nous n’avons connu que ça. Alors jamais nous n’aurions imaginé vibrer un jour pour un amour qui porte jupon ! Pourtant, nous sommes à deux doigts de craquer...

Plus hétéro que nous, impossible ! Jamais la moindre aventure saphique ne nous a tentée, même au cours de notre adolescence ou pendant notre jeunesse parfois tumultueuse, au cœur des années 1960. C’est toujours dans des bras virils que nous avons connu nos émois, nos plaisirs, nos orgasmes. Mais voilà qu’une rencontre récente vient petit à petit bouleverser nos certitudes quant à notre orientation sexuelle. Celle que nous avons tout d’abord considérée comme une amie nous tourneboule les sens. Elle libère en nous une soif de baisers, de caresses… et même plus, si l’on est tout à fait honnête. Mais qu’est-ce qui nous arrive ? C’est possible, ça, de « changer de bord » à notre âge ?

Envie d’autre chose !
Subitement, on se demande si on ne s’est pas fourvoyée, si on n’a pas raté notre véritable destin sexuel depuis toujours. Aurions-nous refoulé notre homosexualité par peur et conformisme social ? Serions-nous passée à côté de notre karma ? Peut-être, mais pas sûr. On peut avoir vécu une vie hétérosexuelle très satisfaisante et changer d’orientation à un moment de son existence. « La période qui suit la ménopause est particulière, notamment d’un point de vue physiologique. La muqueuse vaginale se fragilise et certaines femmes n’ont plus du tout envie d’être pénétrées. Elles aspirent à des relations plus sensuelles, davantage fondées sur les caresses. Elles espèrent trouver cela auprès d’une autre femme », explique la sexologue Valérie Cordonnier.

Et puis, selon elle, de nombreux hommes de cet âge ont recours aux médicaments contre l’impuissance, ce qui leur donne une vigueur renouvelée ! « Leurs compagnes peuvent vivre cela comme un envahissement. D’où leur désir de se réfugier dans des bras féminins, dans l’espoir de subir moins de pression », insiste-t-elle. Des déceptions affectives à répétition peuvent également nous conduire à un ras-le-bol de la gent masculine et nous pousser à essayer autre chose. « L’homosexualité a tout à voir avec le mythe de Narcisse. Avec une autre soi-même, on espère que nos attentes seront mieux comprises, que l’on trouvera enfin ce à quoi l’on aspire, affectivement et sexuellement », poursuit la thérapeute.

En toute liberté
Imaginons aussi que nous ayons été délaissée pour une plus jeune, que peu d’hommes nous tournent autour. « Si une femme blessée se fait draguer par une de ses congénères, cette entreprise de séduction a toutes les chances d’aboutir. Susciter du désir chez autrui, d’où qu’il vienne, lui redonne confiance en l’amour et réveille ses sens meurtris » remarque Valérie Cordonnier. Qui plus est, nous nous sentons souvent très libres à ce tournant de notre vie. « Une fois les enfants partis, on a la sensation d’avoir rempli notre mission. On peut enfin s’autoriser à penser à nous, à explorer des territoires et des envies jusque-là laissés sous le boisseau. La petite voix du penchant pour une autre du même sexe, qui s’était peut-être manifestée à l’adolescence sans que l’on se soucie de l’entendre, nous voilà maintenant prête à lui donner sa chance » note la sexologue. On peut aussi tout simplement vouloir ne pas mourir idiote, vivre toutes sortes d’expériences tant que l’on a encore l’énergie pour ça. « Alors que l’avancée en âge inquiète, peut-être, tenter une relation saphique peut être un moyen de continuer à se sentir jeune et aventureuse » sourit Valérie Cordonnier.

Et plus si affinités…
Ressentir de l’attirance pour une femme est une chose, se glisser sous la couette avec elle en est une autre. « Parfois, le simple fait de la tenir par la main, de l’embrasser et de se livrer à quelques caresses plutôt superficielles est déjà terriblement excitant parce que transgressif. Certaines femmes n’auront pas besoin d’aller plus loin pour être pleinement satisfaites », constate l’experte. Et si cela ne suffit pas mais que l’on a peur ? Après tout, nous n’avons sans doute pas une idée très précise de comment deux femmes font l’amour. Et on ne dispose pas forcément de copines susceptibles de nous renseigner ! Ne paniquons pas. Si notre amoureuse a une certaine expérience en la matière, nous pouvons décider de nous laisser aller entre ses mains pour découvrir, sans idées préconçues.
Parce que tout est envisageable. « Si une femme est dans le rejet de la pénétration, elle peut le faire comprendre à sa partenaire en lui faisant part de ses préférences : plutôt des stimulations des zones érogènes, du clitoris, des caresses buccales type cunnilingus. Si elle a envie d’être pénétrée, cela sera également possible, avec les doigts ou un sex-toy », décrit la sexologue. Si nous voulons être un peu moins néophytes, n’hésitons pas non plus à regarder quelques vidéos de porno lesbien, beaucoup moins trash et plus sensuels que le porno hétéro. « Une bonne manière de se familiariser avec l’acte sexuel homo », encourage-t-elle.

Oui un jour, oui pour toujours ?
Nous pouvons hésiter à sauter le pas par crainte de nous enfermer dans la case lesbienne. Avouons-le, nous ne serions pas tout à fait à l’aise avec cette idée. « Il est assez rare qu’une femme change radicalement d’orientation sexuelle à 60 ans. Notamment parce que cela serait extrêmement compliqué de l’assumer vis-à-vis de ses amis, de ses enfants et de ses petits-enfants… voire d’elle-même. Généralement, après une telle expérience, elle garde en quelque sorte deux cordes à son arc et s’autorise, à partir de là, la bisexualité », souffle Valérie Cordonnier.
C’est peut-être ça le secret de l’épanouissement sexuel, une forme de complémentarité entre les galipettes avec un homme et les cabrioles avec une femme. Si nous sommes tentée par les extases saphiques, ne nous empêchons pas de les vivre. Qui sait les belles surprises que cela peut nous réserver. « Tout ce que l’on risque, c’est de découvrir d’autres façons d’avoir du plaisir et d’en donner », avance la sexologue. Dit comme ça, on ne voit pas ce qui nous retient de prendre langue avec cette belle brune qui nous fait de l’œil !

À lire aussi :

Sexe : pourquoi on n’en parle pas assez

 

Sur le même thème