Sexo : à nous les plaisirs de la chère !

Claire Bouilhac

Partager un délicieux dîner avec notre amoureux peut éveiller en nous l’envie impérieuse de faire l’amour. Alors passons au plus vite à table pour nous retrouver ensuite sous la couette, repus de désir !

La langue française aime nous jouer des tours. Un mot qui s’entend de la même manière peut s’orthographier différemment et renvoyer à des significations distinctes. Ainsi « faire bonne chère » nous ramène aux plaisirs de la table tandis que les « plaisirs de la chair » nous ramènent à nos ébats amoureux. Et si notre oreille avait raison ? Si ces deux expressions étaient finalement plus proches qu’on ne le croit ? « Les parallèles sont nombreux entre les plaisirs liés à l’alimentation et ceux liés à la sexualité. Cela remonte d’ailleurs à loin dans notre histoire ! À un stade très archaïque de notre développement, quand bébé nous tétions et sucions le sein de notre mère, manger et éprouver un plaisir de type sexuel n’étaient pas dissociés », décrit Nathalie Giraud Desforges, sexothérapeute et organisatrice d’ateliers de cuisine amoureuse. Alors n’attendons plus pour concocter un petit dîner sexy à notre amoureux : nous constaterons qu’il n’y a rien de tel pour stimuler notre désir à tous les deux !

On se met en appétit
Lors de ce dîner en tête-à-tête, il s’agit de dévoiler nos intentions coquines avec délicatesse mais sans, non plus, laisser trop de place au doute. « On baisse la lumière, on éclaire la table avec une bougie et le ton est donné. On s’inscrit dans le registre de l’intimité rapprochée, pas dans celui d’un repas à la bonne franquette. Décorer la table avec quelques orchidées peut aussi s’avérer judicieux. Dans certaines cultures, cette fleur évoque symboliquement le sexe de la femme par sa forme, et cela peut parler à l’inconscient d’un homme », suggère la sexothérapeute. La spécialiste propose également de s’appuyer sur le « mythe fondateur du couple ». « La plupart des amoureux ont dans leur histoire des souvenirs liés à l’alimentation. Un petit restaurant italien où ils se sont déclaré leur amour, un dessert particulier découvert pendant le voyage de noces, etc. C’est le moment de faire un clin d’œil à ce passé forcément teinté d’un certain érotisme grâce à un élément de décor, au choix du menu », poursuit-elle.

On mise sur la sensualité
Pour ravir nos papilles en même temps qu’aiguiser notre appétit sexuel, n’engloutissons pas notre repas en trois bouchées pressées, les yeux rivés sur notre assiette ou pire sur notre téléphone portable ! « Pour que ce dîner en amoureux soit sexuellement porteur, les deux convives doivent soigner la qualité de leur présence à ce moment. Cela peut passer par le fait de prendre le temps de regarder son homme dans les yeux, de lui effleurer la main en lui parlant, de lui sourire intensément », souligne Nathalie Giraud Desforges. D’autres petits gestes un peu plus évocateurs pourront sous-entendre un rapprochement. Picorer dans l’assiette de son chéri, lui faire goûter des mets du bout de sa fourchette, saisir sa main et déposer un baiser langoureux sur ses doigts. « L’important est d’être à l’aise avec la gestuelle que l’on adopte, de ne pas surjouer la lascivité si on ne maîtrise pas ces codes-là. Mais de l’incarner sans inhibition si cela nous amuse », conseille-t-elle.

On joue avec la nourriture !
Si nous n’avons jamais osé jusque-là rapporter quelques gourmandises sous la couette, c’est le moment où jamais d’essayer ! « Les petits jeux sexuels qui impliquent boissons et aliments sont particulièrement excitants car transgressifs. Alors que depuis l’enfance on nous répète de ne pas nous amuser avec la nourriture, on ose le faire et qui plus est dans un contexte sexuel ! », remarque la sexothérapeute. Ses recommandations ? Un grain de raisin ou une fraise que l’on tient entre ses lèvres et que l’on approche de celles de son amoureux pour qu’il y goûte. C’est ici le côté fruit défendu qui nous stimule. À tester aussi : le baiser langoureux et parfumé alors que l’on vient de boire du champagne ou encore le baiser chaud après un thé à la menthe. Bon appétit !

Lire aussi Au lit, la routine, ça stimule aussi !

Sur le même thème