Les huiles essentielles en cuisine : mode d’emploi

iStock/Getty Images

Consommées par voie orale, les huiles essentielles peuvent causer des brûlures, des irritations de l’œsophage, des réactions allergiques, voire des intoxications. On ne les emploie pas comme n’importe quel ingrédient ! Des précautions s’imposent.

Repérez si elles sont comestibles
Vérifiez bien sur le flacon qu’il est écrit « comestible » ou « usage alimentaire » et n’utilisez que des huiles essentielles bio.

Méfiez-vous des apparences
Vous reconnaissez le nom car vous utilisez déjà la poudre ou les grains en cuisine (sarriette, muscade, girofle…), or elles sont très puissantes, caustiques et difficiles à doser.

Prenez garde à la partie de la plante distillée
Pour la cannelle de Ceylan, il faut choisir l’écorce uniquement et non les feuilles.

Diluez-les systématiquement avant de les incorporer
Dans un corps gras (type huile végétale) ou sirupeux (miel, sirop d’agave…). Vous pouvez par exemple préparer un sirop d’agave aromatisé à l’huile essentielle (orange, lavande…) que vous verserez ensuite sur une salade de fruits. Ne les ajoutez jamais directement dans une soupe ou un bouillon, diluez d’abord une goutte dans une cuillerée d’huile d’olive.

Sachez les doser
Attention aux approximations, une seule goutte en trop et votre plat peut devenir immangeable. Le dosage dépend de l’essence et du fait que la préparation soit crue ou cuite. Mais, de manière générale, ne mettez pas plus de 1 goutte pour un plat, voire moins à l’aide d’un cure-dent trempé dans l’huile essentielle puis dans la préparation. Seule exception, les huiles essentielles d’agrumes : jusqu’à 7 ou 8 gouttes dans un gâteau. Et on ne mélange jamais deux huiles essentielles différentes dans une recette !

À lire aussi 

5 astuces pour réussir ses confitures maison

Sur le même thème

Pacemaker, mode d’emploi

Il est proposé aux patients dont le cœur bat trop lentement ou trop irrégulièrement pour apporter assez de sang et d’oxygène au corps. Version standard[...]