Sexo : le nouveau lexique amoureux

iStock

A l’ère numérique, les règles du jeu de la séduction changent. On se cherche, on se trouve, on se quitte… Le vocabulaire se réinvente. Décryptage des nouveaux mots qui racontent la sexualité 2.0.

Ghosting. Tiré du mot anglais « ghost » (fantôme), ce terme désigne le fait de rompre avec un partenaire en cessant tout contact numérique : on arrête de répondre à ses SMS, on ne le rappelle pas au téléphone, on le retire de ses amis Facebook…. Et évidemment, on l’évite dans la vie réelle. Plutôt lâche et irrespectueuse comme technique de rupture ? Mais vieille comme le monde, l’idée étant de ne surtout pas affronter l’autre. Et qu’importe si celui-ci se retrouve dans l’impossibilité de faire le deuil de la relation, puisque rien ne lui a été clairement signifié et qu’il se retrouve seul du jour au lendemain sans comprendre ce qui se passe…

Orbiting. Alors que vous pensiez votre histoire terminée, qu’il/elle vous avait brutalement abandonné, voici que votre ex ne cesse de manifester sa présence sur votre compte Facebook ou Instagram… Très clairement, vous êtes victime d’ « orbiting ». Ce terme désigne le fait de continuer à hanter sur les réseaux sociaux un partenaire que l’on a pourtant brutalement quitté. Bref, de le garder dans son orbite, juste au cas où… Une stratégie un rien perverse, très déstabilisante, qui parfois empêche de tourner la page. Un peu comme si votre ex continuait de fréquenter systématiquement les endroits où vous avez vos habitudes sans pour autant chercher à renouer le lien…

Freckling. Dérivé du mot anglais « freckles », qui désigne les taches de rousseur, ce néologisme qualifie une relation amoureuse intermittente qui se fait et se défait à intervalles réguliers. Comme les taches de rousseur qui apparaissent avec l’été et s’estompent quand vient l’automne… Autrefois on appelait ça un amour de vacances : on se rencontrait dans l’euphorie des premiers jours de plage, on se quittait à la fin de l’été et on se retrouvait l’année suivante. Mais aujourd’hui ce type de relation peut exister en dehors de la distance géographique : on profite l’un de l’autre sans jamais vraiment s’engager, on ne se présente pas nos famille et amis respectifs, on s’éloigne quand on en a envie, on se rapproche quand le désir revient. Sur le papier, ça a l’air cool mais, dans la vraie vie, nul doute que c’est plus compliqué…

Lire aussi  Les sites de rencontre peuvent-ils aider à trouver l’âme sœur ? et Sexo : au lit, vive les jeux !

Sur le même thème