Mort de Joël Robuchon : 10 choses à savoir sur l’incroyable chef multi-étoilé

REVELLI-BEAUMONT/SIPA

L’étoile des fourneaux s’est éteinte à Genève, lundi matin, des suites d’un cancer. Le pionnier de la nouvelle cuisine a influencé les grands noms de la gastronomie d’aujourd’hui et laissé d’incroyables souvenirs gustatifs à tous ceux qui ont eu la chance de s’asseoir à sa table.

Toutes les récompenses, comme tous les superlatifs, ont été attribués au chef, disparu à l’âge de 73 ans. Retour chiffré sur l’incroyable parcours du chef Joël Robuchon.

32 étoiles en 2016 : ce record fait de Joël Robuchon le chef le plus étoilé au monde. Une constellation qui brille sur tous les continents, avec des restaurants auréolés de 3 macarons à Hong Kong, Las Vegas, Macao et Tokyo.

90 cuisiniers sous ses ordres lorsqu’il prend les commandes des cuisines de l’Hôtel Concorde Lafayette, alors âgé de 29 ans. Une prouesse pour une telle jeunesse.

3 étoiles en 3 ans, là encore il s’agit d’un record. Lorsque Joël Robuchon ouvre Le Jamin (1981), son premier restaurant en nom propre, il obtient une étoile la première année, la seconde l’année suivante, puis la troisième dans la foulée.

4 superlatifs et non des moindres : Meilleur Ouvrier de France en 1976, Chef de l’année en 1978 (Michelin), Cuisinier du siècle en 1990 (Gault & Millau), Meilleur restaurant du monde (International Herald Tribune) pour le restaurant Joël Robuchon, en 1996.

200 grammes de beurre, pour un kilo de pommes de terre. C’est le secret de sa cultissime purée de pommes de terre, un plat signature servi dans tous ses établissements.

51 ans, l’âge auquel il décide de prendre sa « retraite », pour préserver sa santé. Il rend ses étoiles pour se consacrer pleinement à la transmission de son savoir.

10 ans d’antenne sur France 3, aux commandes du mythique Bon appétit bien sûr, entre 2000 et 2009. Avec des recettes abordables et de nombreux tours de main, il ouvre la voie de la démocratisation de la gastronomie à la télévision.

11 établissements LAtelier de Joël Robuchon ont vu le jour depuis 2003. Quelques années après sa « retraite », le chef crée un concept novateur, en s’inspirant des bars à tapas espagnols : des produits exceptionnels, préparés en toute simplicité, sous les yeux de convives dînant au comptoir. Cet Atelier convivial s’exporte et remporte un franc succès : 9 des 11 établissements sont désormais récompensés d’une à 3 étoiles au Michelin.

2 couleurs, le rouge et le noir, dans sa garde-robe (veste et pantalons noirs, chaussures rouges) comme pour la décoration de ses établissements.

199 jours séparent son décès de celui de Paul Bocuse, autre icône de la grande cuisine française. 2018 est décidément une bien triste année pour notre gastronomie.

À lire aussi

Des encas trois étoiles

Sur le même thème