Dépendance : une loi pour rester chez soi

iStock

Enfin une politique digne de ce nom pour prendre en charge la dépendance ? La loi sur l’adaptation de la société au vieillissement, après trois ans de débats et navettes parlementaires, va entrer en vigueur en 2016. Un plan de 700 millions d’euros en tout qui accorde la priorité au maintien à domicile.

Concrètement, l’allocation personnalisée d’autonomie (APA) fait l’objet d’une révision, avec un budget annuel de 375 millions d’euros alloués par l’État. Augmentation du nombre d’heures d’aide à domicile pour les personnes les plus dépendantes et réduction du ticket modérateur (jusqu’à 150 euros par mois d’économie) sont prévues. Le ticket modérateur sera carrément supprimé pour ceux qui bénéficient de l’Allocation de solidarité aux personnes âgées.

Parallèlement, un plan national de 250 millions d’euros sera consacré à l’adaptation de 80 000 logements à la dépendance de leurs occupants. 140 autres millions seront consacrés à aider les revenus les plus modestes à installer équipements de domotiques, systèmes de télé-assistance, capteurs ou chemins lumineux chez eux.

Une allocation spéciale de 500 € pour accueillir temporairement les personnes en grande dépendance est également créée. Le but : permettre aux proches de faire une pause dans une tâche dont la pénibilité n’était jusqu’alors pas reconnue.

La loi prévoit aussi la réhabilitation de logements-foyers rebaptisés pour l’occasion résidences d’autonomie. Et pour le moment où il n’est plus possible de garder son parent chez lui ou chez soi, un portail est lancé pour trouver un établissement de prise en charge : www.pour-les-personnes-agees.fr

Lire aussi : Cinq innovations pour l’habitat senior de demain

Sur le même thème