Décrypter nos petits-enfants, mode d’emploi

iStock/Getty Images

La société a changé, très vite et profondément. Aujourd’hui, avec les réseaux sociaux et les nouvelles technologies, les enfants n’ont plus rien à voir avec leurs parents au même âge. Résultat : on n’y comprend rien ! Pas de panique, on a le mode d’emploi.

• Elle avale deux hamburgers d’un coup, puis ne mange plus que des graines
C’est à croire qu’elle n’aime plus mes bons petits plats, ceux pour lesquels elle accourait ventre à terre il y a quelques mois seulement !
Décryptage : elle commence à ressentir une pression sociale sur son physique ou elle vit mal les changements qui affectent son corps. Résultat : elle grignote des graines pour maigrir, et se tourne vers la malbouffe pour se consoler.
La bonne attitude : enquêter et parler, parler, parler. « Dites-lui que vous avez remarqué qu’elle essaie de se faire maigrir, demandez-lui si elle est amoureuse, par exemple, ou si on s’est moqué d’elle à l’école », conseille Florence Millot. Il peut s’agir d’une lubie, mais aussi, parfois, d’un trouble alimentaire naissant. Si cela persiste, on en parle avec tact à ses parents (sans la trahir !).

• Il passe son temps à envoyer des textos mais ne lit pas les miens
Je ne suis ni susceptible, ni paranoïaque, mais je me demande s’il n’est pas en train de me rejeter.
Décryptage : son portable n’est pas qu’un outil de communication. C’est son jardin secret, qu’il partage avec les jeunes de son âge. « L’adolescence est le moment d’une restructuration des liens d’attachements verticaux (les parents) vers les liens horizontaux (les copains), rien de plus normal ! » rappelle Isabelle Filliozat. Interdiction d’empiéter.
La bonne attitude : appelez sur un bon vieux téléphone fixe, comme avant. Même s’il feint d’être agacé, il appréciera. « La figure des grands-parents est sécurisante parce qu’elle est éloignée de ce que vivent les petits-enfants, précise Florence Millot. Elle représente un repère fiable. »

• Elle ne veut plus que je l’embrasse et réclame parfois un gros câlin
Elle souffle le chaud et le froid, et cette relation façon « Je t’aime moi non plus » me laisse toute décontenancée.

Décryptage : les transformations physiques et hormonales bouleversent la perception que l’ado a de son corps. Fille ou garçon, l’enfant n’accepte plus un contact qui devient intime pour lui. En même temps, il peut encore éprouver le besoin de se reconnecter à des sensations d’enfance rassurantes.
La bonne attitude : laissez-lui de l’espace, mais faites-lui comprendre que vous êtes toujours disponible pour un câlin d’urgence. Et savourez ce qu’il vous donne !

Merci à Isabelle Filliozat, psychologue et auteur d’Au cœur des émotions de l’enfant (éd. Marabout), et à Florence Millot, psychologue pour enfants.

À lire aussi 

5 bonnes raisons de parler de l’amour avec nos petits-enfants

Sur le même thème