Brexit : 5 raisons pour lesquelles les Anglais nous énervent

Istock/Getty Images

Aujourd’hui 23 juin, les Britanniques doivent se prononcer par voie de référendum sur la sortie (ou pas) de leur pays de l’Union Européenne. Le débat sur le fameux « Brexit » fait rage dans le pays depuis des mois et des mois. Il faut dire que l’enjeu est considérable. Une sortie de la Grande-Bretagne pourrait avoir des conséquences incalculables sur lesquelles nous laisserons cependant les spécialistes s’attarder. Qu’ils partent ou qu’ils restent, les Anglais seront toujours nos voisins, nos meilleurs rivaux, ceux qu’on aime détester. Chacun a ses raisons d’être énervé par ces damnés rosbifs. En voici quelques unes, pleines d’une mauvaise foi et d’un a priori bien français.

1 : Ils font trop cuire le steak

Alors que les îles britanniques sont la terre d’élevage d’une excellente race bovine, l’angus, les Brittons sont infoutus de faire cuire un morceau de viande sans l’amener à l’état de semelle de botte. Demandez donc un steak saignant dans un restaurant anglais, vous ne serez pas déçus. Bouillassée et hyper cuite, la chose qui atterrira dans votre assiette n’aura pas grand-chose à voir avec l’idée que nous autres, amateurs de barbaque tendre et juteuse, nous faisons d’une entrecôte ou d’un tournedos. Le summum de l’horreur ? La « steak and kidney pie », la tourte au steak et aux rognons servie dans des centaines de pubs à travers le pays. C’est terrifiant.

2 : Ils sont trop polis

Toujours courtois (sauf quand il est ivre mort à la sortie d’un pub), l’Anglais, c’est bien connu, n’a jamais un mot plus haut que l’autre. Qu’est-ce que ça peut être énervant ces gens qui gardent leur calme quand on monte dans les tours ! On a envie de les secouer. Eux se contentent de lever ce sourcil qui dénote, n’en doutons pas, d’un profond mépris pour ces agitations et ces pulsions toutes gauloises, que la rigidité de leur éducation leur permet de contrôler en permanence.

3 : Ils n’arrêtent pas de nous battre au rugby

Certes ce sont les inventeurs de ce sport étrange et fascinant, mais quand même. Le fameux « crunch » – la rencontre France-Angleterre du tournoi des Six nations -, tourne un peu trop souvent à leur avantage. Et on sent bien que derrière leur hypocrite fair play, matérialisé par le rituel « good game » que leurs joueurs adressent aux nôtres après les avoir piétinés, se cache la jubilation mauvaise de nous avoir ridiculisés sur la pelouse. A l’inverse avouons que quand nous gagnons, nous n’avons pas précisément le triomphe modeste. Mais ils l’ont bien cherché.

4 : Ils ont des prises de courant plates

Qui n’a jamais voyagé en Angleterre ne peut comprendre le désespoir métaphysique du visiteur français qui, lors de son premier séjour, découvre les prises de courant dans la chambre de son bed and breakfast. Qu’est-ce que c’est que ces trois trous rectangulaires ? Il ignorait, l’innocent, qu’il faut un adaptateur pour brancher son chargeur de téléphone. Lors de ses visites suivantes, le froggy en goguette sera pris d’un désespoir similaire en s’apercevant qu’il a oublié d’emporter le fichu gadget (qu’il possède en plusieurs exemplaires chez lui s’il franchit régulièrement la Manche. 1 visite = 1 adaptateur acheté). Petite variante sadique, il aura pensé à prendre l’objet mais le courant ne sera pas en 220 volts. Welcome in England.

5 : Ils sont meilleurs que nous en musique

Comme disait John Lennon, « il y a le rock anglais et le vin français. Chacun son truc ». Alors que depuis une cinquantaine d’années cette petite île où les papiers peints sont si laids a conquis le monde grâce à ses Beatles, Rolling Stones, David Bowie, Who, Clash, Oasis et on en passe, aucun de nos artistes n’a seulement soulevé l’oreille d’un des sujet de sa Gracieuse Majesté. Exception faite de notre Serge Gainsbourg national, numéro un en Angleterre en 1969 avec « Je t’aime… moi non plus », sulfureux duo susurré avec son épouse, une certaine Jane Birkin… native de Londres. On n’en sort pas.

Conclusion : Ne prenez pas trop au sérieux ce que vous venez de lire, tout de même. On rigole, tout ça c’est du folklore ! On les aime les Anglais ! On aime leur talent, leur excentricité, leur courage, leurs groupes géniaux et même leurs goûts étranges tout à fait exotiques. Et si vous allez en Angleterre, attendez-vous à être reçus avec une grande courtoisie et une réelle sympathie. Car eux aussi nous aiment bien. Dieu sait qu’on les énerve, pourtant…

Sur le même thème