5 bonnes raisons de parler de l’amour avec nos petits-enfants

iStock/Getty Images

Il y a des confidences que l’on a du mal à échanger. Et pourtant, évoquer nos émois, les leurs et les nôtres, annonce des conversations palpitantes.

Ne nous leurrons pas, qu’ils soient petits ou déjà (presque) grands, ils sont témoins de ce qui agite le monde. Et Snapchat, Internet, les rumeurs de cours de récré les ont déjà avertis de bien plus de choses qu’on ne le pense sur le désir et la sexualité. Mais que savent-ils au juste de l’amour, de ce qui fait le merveilleux et le difficile dans nos attirances pour les uns ou les autres ? Certainement moins qu’on ne l’imagine. Parce que cette question est finalement peu débattue. On montre souvent le comment, rarement le pourquoi. À nous de changer la donne.

Nous sommes bien placés. Pas facile d’aborder ce sujet avec leurs propres parents. La pudeur, les enjeux familiaux viennent faire obstacle. Tandis que nous, avec la distance qui caractérise nos relations, nous sommes assez proches pour discuter librement avec nos petits-enfants, mais suffisamment loin pour ne pas nous sentir gênés par leurs questions.

On a leur confiance. Le sujet les concerne, mais peut parfois les surprendre, voire les inquiéter (« C’est grave si j’embrasse un garçon que je n’aime pas ? », « Comment on sait qu’on est amoureux ? »…). Pas évident d’aborder le chapitre avec un adulte. Si nous avons déjà évoqué nos amours avec eux, ils viendront plus aisément s’épancher auprès de nous. Surtout si nous avons présenté les choses comme un questionnement du quotidien et non comme la grande affaire intimidante et sérieuse dont on débat sur rendez-vous.

Ça les rattache à l’histoire familiale. Cartographier ce qui fut l’histoire de leurs ascendants et des personnes de leur entourage – pourquoi certains se sont aimés, comment, pourquoi d’autres ont vécu ensemble sans se désirer, ou se sont quittés – leur permettra de comprendre de quoi ils sont faits. Et peut-être de saisir la complexité des liens humains.

Un moyen de les décomplexer. On ne drague plus aujourd’hui comme on le faisait à notre époque. L’amour est le même, mais les mœurs changent. Leur raconter notre jeunesse, nos flirts, nos râteaux, leur montrer qu’on peut survivre aux chagrins et aimer plusieurs fois, c’est aussi leur ouvrir des portes, des possibilités. Leur donner confiance en l’avenir.

Faire entendre une autre voix. Ils baignent dans le discours ambiant, celui des médias, des publicités, du cinéma, des humoristes, des youtubeurs… Apporter notre éclairage, des nuances, voire prendre le contre-pied de ce qui est véhiculé peut aussi être une bouffée d’air pour eux. Et ça, c’est toujours bon à prendre.

À lire aussi 

Faut-il intervenir lorsque nos petits-enfants se disputent ?

Sur le même thème