C’est la mauvaise nouvelle du jour pour les retraités : si leur pension de base sera revalorisée de 0,8% le 1er octobre, la date de la revalorisation annuelle suivante devrait être décalée de 3 mois, d’octobre 2018 à janvier 2019, selon Les Echos. Ce probable report met en lumière une technique qui paraît quasi indolore une fois annoncée… mais a en fait un impact non négligeable sur la pension des retraités, et permet au passage à l’État de réaliser d’importantes économies (on parle de 380 millions d’euros pour les 3 mois de décalage en 2018). On comprend mieux pourquoi, avant Emmanuel Macron, François Hollande et Nicolas Sarkozy l’ont déjà employée !

S’en souvient-on encore ? Il fût un temps où les pensions des régimes de base étaient déjà revalorisées le 1er janvier. Mais en 2009, sous Sarkozy, l’exécutif décide de décaler la date annuelle de revalorisation au 1er avril. En 2014, sous Hollande, nouveau tour de vis : la revalorisation est repoussée au 1er octobre (les pensions seront même gelées cette année là). Si le report d’octobre à janvier à partir de l’an prochain est confirmé, on aura donc fait un tour complet de calendrier…

A chaque fois, les retraités y laissent des plumes. Car ils perçoivent alors pendant plusieurs mois une pension inférieure à ce qu’elle aurait dû être… Lire la suite sur Capital.fr, notre partenaire droit, argent, retraite.

Lire aussi Comment calculer le montant de ma future retraite ?