Retraite : si on optait pour une réversion « à la carte » ?

Istock/Getty Images

En vue de la présidentielle, un think tank propose de mettre en place un système où chacun choisirait le taux de réversibilité de sa pension sur l’autre membre du couple, de 0 à 100%.

Cherchant à alerter les candidats à la présidentielle sur la nécessité de réformer notre système de protection sociale, l’Institut de la protection sociale (IPS) avance plusieurs pistes de réflexion en matière de retraite. Parmi celles-ci, il propose notamment une réforme en profondeur du régime des pensions de réversion.

Première proposition qui n’est pas nouvelle : étendre la pension de réversion aux partenaires de Pacs alors qu’elle est aujourd’hui réservée aux seuls couples mariés. Dans l’immédiat, cette mesure ne devrait pas trop peser sur les dépenses publiques, estiment les experts de l’IPS. En effet, le nombre de personnes pacsées susceptibles de demander une pension de réversion ne devrait pas dépasser 10.000 par an, alors que quelque 170.000 veuves et veufs obtiennent chaque année une pension de réversion du régime général.

Seconde piste proposée par l’IPS : supprimer la condition de ressources dans les régimes où elle existe, à savoir celui des salariés du privé, celui des indépendants et celui des salariés agricoles. Face au coût important engendré par cette mesure – estimé entre 6 et 9 milliards d’euros pour le seul régime général – l’IPS propose une entrée en vigueur progressive. Il s’agirait de remonter le plafond de ressources – 20.300,80 euros pour une personne vivant seule et… Lire la suite sur Capital.fr, notre partenaire droit, argent, retraite.

Lire aussi Pension de réversion : gare aux idées reçues !

Publié le dans Conso futée

Sur le même thème