Lavage à 30°C : écologique mais peu hygiénique !

iStock/Getty Images

Dans cette période charnière pour l’avenir de notre planète, peut-on appliquer les « bons gestes écolos » sans perdre en efficacité ? Des scientifiques anglais, qui ont travaillé sur un rapport* sur l’hygiène domestique, semblent avoir un avis plutôt pessimiste sur la question : si le mode « Eco » de votre machine à laver est bel et bien le plus écologique (on ne vous a pas menti sur ce point), il ne permet pas, en revanche, d’éradiquer les éventuels virus présents sur vos vêtements. Pire, il contribuerait à leur propagation, augmentant le risque de rhume, de gastro ou encore de grippe.

La raison ? 30°C serait une température trop basse pour tuer les bactéries, mais assez élevée pour qu’elles s’y sentent bien et se multiplient… Présenté comme ça, c’est sûr que ça n’encourage pas tellement à faire des efforts pour l’environnement ! C’est d’ailleurs pour cette raison que le principal auteur de l’étude, le Pr Anthony Hamilton, a nuancé les résultats de l’étude : « Le lavage du linge à basse température est associé à une moindre efficacité en matière d’hygiène mais il permet d’économiser de l’énergie. C’est pourquoi il faut apprendre à mieux se protéger des virus d’une manière générale. »

Comment ? L’expert avance deux pistes : se laver les mains le plus régulièrement possible – obligatoirement avant et après les repas, les toilettes et si possible les transports (on n’oublie pas sa crème hydratante, histoire d’éviter que nos mains tiraillent) – et on repasse bien nos vêtements (la chaleur du fer permettant d’éliminer les microbes passés au travers du lavage). Car si on voulait détruire en machine toutes les bactéries, il faudrait laver notre linge à… 60°C ! Exception faite des torchons et du linge de lit, ce lavage systématique à haute température risquerait de faire exploser à la fois notre consommation d’énergie, notre facture d’eau et d’électricité, et le joli pull en cashemire que l’on aime tant.

* Ce rapport a été publié le 20 décembre 2018 dans le Journal universitaire d’Aston (Angleterre).  

À lire aussi 

Feu de cheminée : comment faire des flambées plus écolos ?

Publié le dans Conso futée

Sur le même thème