Des huiles d’olive pas si pures

© Istock/Getty Images

C’est un rapport qui fait tache. L’huile d’olive que vous achetez au supermarché n’est bien souvent pas celle que vous croyez. Une enquête de la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF, DG-con-con pour les intimes) révèle qu’une quantité non négligeable de l’huile d’olive commercialisée fait l’objet de tricheries de la part des fabricants.

Sur les 139 échantillons examinés dans 286 établissements différents (supermarchés, grossistes, marchés, sites internet…), 67 n’étaient pas conformes à la législation, notamment en ce qui concerne l’étiquetage. Certains ont été épinglés pour ne pas avoir indiqué l’origine du produit, le volume net ou la bonne catégorie (extra-vierge, vierge…). Dans ce dernier cas, les huiles ont été systématiquement rétrogradées à la catégorie inférieure. Après analyse chimique, cinq huiles se sont avérées n’être pas totalement d’olive et avoir été coupées à l’huile de tournesol et de colza. On a également trouvé des traces de pesticides dans l’une d’entre elles, dont l’étiquette clamait pourtant qu’elle ne contenait aucun résidu de traitements.

Procès verbaux, injonctions et avertissements ont été adressés aux fabricants fautifs qui devront rapidement se mettre en conformité sous peine de sanctions plus sévères. En revanche on ne connaît pas les marques incriminées, le rôle de la DGCCRF n’étant pas de rendre publics les noms des entreprises contrôlées mais de les contraindre à respecter la loi en cas de manquement. On sait néanmoins que 34% des huiles françaises, 35% des italiennes, 54 % des espagnoles et 60 % d’origine non déterminée – des mélanges de différents pays – sont non conformes. Sans surprise, c’est sur internet qu’on trouve le plus d’arnaques : 59 % des sites contrôlés vendaient des produits frauduleux. Pour le commerce et grossistes, c’est un peu mieux, mais les enquêteurs ont quand même constaté que 42 % d’entre eux ne respectaient pas la loi. Ce qui fait beaucoup trop.

Lire aussi

Articulations : je mets de l’huile !

Publié le dans Conso futée

Sur le même thème