Frais bancaires : les agios, quèsaco ?

iStock/Getty Images

S’ils ont mauvaise réputation et sont redoutés par tous les clients des banques, les agios sont néanmoins parfois mal compris. Utilisé dans le langage courant pour parler des intérêts débiteurs (c’est-à-dire les frais engendrés par une situation de débit sur votre compte), le terme « agios » désigne en fait l’ensemble des frais facturés par votre banque pour le fonctionnement de votre compte.

Les agios peuvent ainsi être répartis en deux grandes catégories :

  • les frais bancaires à payer en conséquence du passage de votre compte en position débitrice ;
  • les autres frais et commissions facturés par votre banque pour la tenue de votre compte (y compris si vous êtes créditeur).

La partie des agios correspondant aux intérêts débiteurs est calculée par la banque lorsque votre compte est en négatif. Ce calcul se fait en fonction à la fois du montant, de la durée et du taux d’intérêt de votre découvert. Si vous souhaitez calculer vos agios, vous devez multiplier le montant de votre découvert par sa durée, puis par le taux appliqué par votre banque lors d’un découvert (ce taux est indiqué par votre banque sur vos relevés de compte). Le tout doit être divisé par 365, soit le nombre de jours dans l’année. Par exemple, si vous avez été à découvert de 100 € pendant une semaine et si votre banque applique un taux de 10 % pour ses comptes bancaires en débit, la formule de calcul sera la suivante pour votre découvert : (100 x 7 x 10 %) / 365. Cela vous fait un total d’environ 0,19 € d’agios à payer.

En plus de ces intérêts débiteurs, les agios peuvent prendre la forme :

  • d’une commission d’intervention de la banque (en général 8 € par opération), pour autoriser par exemple un prélèvement qui provoquera le dépassement de votre découvert ;
  • d’autres types de frais associés à des incidents bancaires (rejet de prélèvement, de virement ou de chèque sans provision, frais de dossier couvrant l’envoi d’une lettre d’information pour compte débiteur non autorisé ou pour un chèque sans provision, etc.).

Lire aussi

Ces frais bancaires qui vont augmenter en toute discrétion en 2018

Publié le dans Conso futée

Sur le même thème