Comment faire estimer ses objets de valeur ?

iStock / Gettyimages

Tableau, antiquité, bijou, service de table, bouteille de vin, sac griffé… Pour assurer ou vendre un objet de valeur, pour le donner à des proches ou le léguer par testament, il faut avoir une idée précise de sa valeur. Comment procéder, et avec quel budget ?

Toquer chez un commissaire-priseur
Première solution ? Consulter un commissaire-priseur : on en compte près de 430 en France, répartis dans 300 études (liste ici). Mission de service public oblige, ce professionnel donne oralement une estimation gratuite, correspondant en principe au prix minimal que l’on pourrait obtenir en salle des ventes. Pour les Parisiens, la Compagnie des commissaires-priseurs de Paris réalise des estimations verbales chez Drouot, sans rendez-vous (7 rue Drouot, estimations de 10 à 13 heures et de 14 à 17 heures du lundi au samedi, une dizaine d’objets par personne maximum). Attention, pour une évaluation approfondie et écrite, il faut déposer son bien quelques jours et acquitter des frais (200 HT pour moins de dix objets chez Drouot).

Faire estimer les biens chez soi
Vous êtes trop éloigné, les objets sont lourds ou compliqués à transporter, ou il s’agit d’estimer l’ensemble du mobilier d’un logement ? Les commissaires-priseurs se déplacent à domicile : comptez 400 à 600 pour un inventaire d’une demi-journée (la prestation peut toutefois être gratuite si vous confiez ensuite vos meubles à la salle des ventes dont le professionnel dépend). Précisions : Pour les inventaires notariés – à réaliser lors d’une succession par un notaire assisté un commissaire-priseur –, les tarifs sont réglementés et légèrement supérieurs (frais de notaire à prévoir en sus).
Enfin, pour un objet atypique, le commissaire peut avoir besoin de l’aide d’un expert spécialiste, ce qui entraîne un surcoût. On peut aussi s’adresser directement à l’un d’entre eux, en prenant soin de vérifier qu’il soit agréé par une organisation professionnelle comme le CNES.

Évaluer ses biens en ligne ou via une appli
L’Hôtel Drouot permet d’envoyer via un formulaire en ligne, une description de vos objets avec quatre photographies. Sous une semaine, un commissaire-priseur vous adressera gratuitement une fourchette de prix. Les adeptes du smartphone utiliseront de leur côté l’appli Patrimonia, de la start-up française Monuma. Pour 50 euros par objet – en envoyant 5 photos -, on obtient en 48 heures une évaluation précise et sécurisée, acceptée par la plupart des assureurs. « Si vous souhaitez une estimation globale du mobilier d’une habitation (meubles, électroménager, objets d’art, etc), l’appli permet aussi de l’obtenir : pour chaque pièce, il suffit d’envoyer quatre clichés et il en coute 20 euros », détaille Emmanuel Moyrand, fondateur de Monuma. Ultra-pratique lors d’un déménagement, par exemple, pour connaître la valeur à assurer contre les dégradations. Ou au moment d’une succession, pour savoir si on intérêt à opter pour le forfait mobilier de 5 % (dans une déclaration de succession, les meubles sont forfaitairement estimés à 5 % de l’actif total, sauf si on choisit de les déclarer pour leur valeur réelle pour économiser des droits).

Lire aussi

Succession : notre glossaire pour tout comprendre

Publié le dans Conso futée

Sur le même thème