Changer d’assurance emprunteur, ça peut rapporter gros !

istock/getty images

Depuis janvier 2018, on peut résilier l’assurance de son crédit immobilier tous les ans pour en souscrire une moins chère. Et contrairement aux idées reçues, même après 60 ans, faire jouer la concurrence peut nous faire économiser plusieurs milliers d’euros !

Principe et réforme
L’assurance emprunteur garantit le crédit immobilier. Elle permet que ce dernier soit remboursé totalement ou partiellement en cas de décès, d’invalidité et, sur option, en cas de perte d’emploi. Son coût ? De 0,07 % à 0,70 % selon l’âge et le profil de l’emprunteur, avec des tarifs qui font le grand écart d’un établissement à un autre (pour les plus âgés, elle représente jusqu’au tiers du coût global du crédit).

La bonne nouvelle ? Depuis le 12 janvier 2018, suite à une décision du Conseil constitutionnel, tous les titulaires d’un crédit immobilier peuvent résilier chaque année cette assurance. « Seule condition : le contrat souscrit en remplacement doit présenter des garanties équivalentes au contrat initial », rappelle Tanguy Thévenet, fondateur de Zen’ Up, une start-up qui propose une offre d’assurance alternative et rapide en ligne.

Pour rappel, depuis la loi Hamon, une résiliation de cette assurance était déjà possible à tout moment durant les 12 mois suivant la signature du prêt. L’an dernier, un amendement avait en plus créé un droit à résiliation annuelle, mais seulement pour les contrats signés à partir de mars 2017.

La marche à suivre pour résilier
En pratique, il faut respecter un préavis de deux mois avant la date anniversaire du contrat pour signifier le changement (sauf pendant la première année, ou l’on peut résilier à n’importe quel moment). Mais comme il faut aussi envoyer à la banque le nouveau contrat d’assurance choisi, mieux vaut commencer trois ou quatre mois avant cette échéance à solliciter des assureurs et des courtiers pour débusquer une assurance alternative intéressante. «  Si votre contrat ne mentionne pas d’échéance annuelle – c’est souvent le cas avec les contrats bancaires – retenez la date de signature de l’offre de prêt comme date anniversaire », précise Tanguy Thévenet.

Une fois la proposition alternative obtenue, envoyez la au prêteur par recommandé avec accusé de réception (demande de « substitution d’assurance », avec une lettre de résiliation de l’assurance déjà souscrite). Si vous êtes perdu, vous trouverez en ligne des modèles de courriers, par exemple sur le site de l’UFC que Choisir.

Dans un délai de dix jours ouvrés, votre banque vous signifiera son acceptation ou son refus. Si elle accepte, elle modifiera votre contrat de crédit par un avenant, qui précisera – entre autre – le nouveau « Taux Effectif Global » de votre prêt, compte tenu du coût de la nouvelle assurance. Dernière étape ? Transmettez cet accord à l’assureur actuel du prêt – sauf si c’est le même groupe que la banque et que cette dernière vous précise qu’elle transmet la résiliation -, en indiquant la date de prise d’effet de l’assurance de substitution.

La résiliation du contrat d’assurance prendra effet soit dix jours après la réception de cette lettre par l’assureur, soit – si celle-ci est postérieure -, à la date de prise d’effet du contrat acceptée par la banque.

Combien on économise en pratique ?
Monique et Jean-Pierre, 62 et 63 ans, non fumeurs, cadres bientôt retraités, ont souscrit un emprunt à 1,5 % pour acheter leur résidence secondaire. Le capital restant dû est de 200 000 euros sur 10 ans. Ils disposent actuellement de l’assurance emprunteur de leur banque, au taux de 0,8 % (soit un coût total résiduel de 16 066,66 euros). En la résiliant pour souscrire une assurance alternative à 0,55 % (11 045,83 euros), ils économisent 5 020,83 euros, soit 31 %, sur les dix années restantes ! (Chiffres Zen’Up pour Serengo).

Lire aussi 5 cartes de réduction senior à posséder absolument

5 cartes de réduction senior à posséder absolument

Publié le dans Conso futée

Sur le même thème