Les vaches au secours de la planète ?

Istock/Getty Images

Vous connaissez « la vache qui rit »… Dans la réalité, c’est plutôt la vache qui rote. Les éructations intempestives de nos ruminantes ont beau les rendre plutôt sympathiques, elles libèrent du méthane, un des principaux gaz responsables du réchauffement climatique… Les chercheurs ont peut-être trouvé la solution à cet épineux problème. Il suffirait de leur administrer du lin cuit pour réduire ces émanations pas très écologiquement correctes.

C’est ce que vient de révéler une étude scientifique, menée depuis trois ans dans plusieurs pays de l’Union européenne, et au-delà. Les éleveurs associés au projet ont changé le régime alimentaire de leur cheptel, en complétant les rations habituelles par du lin cuit porteur d’oméga-3. Résultat : de 10 % à 37 % de réduction de production de méthane, selon les pays. Israël arrive tout en haut du podium, car c’est aussi là où les bovins ont le plus de reflux gastriques, comme ils n’ont pas beaucoup d’herbe à brouter. L’Hexagone se place dans la fourchette basse avec 15% d’émissions de gaz en moins.

Seul hic : le lin coûte plus cher que le tourteau de soja, habituellement utilisé. Toutefois, il favorise aussi la digestion et la lactation… Il faudra sans doute un peu de travail de persuasion pour convaincre les agriculteurs d’adopter ce nouveau mode d’alimentation. Mais il pourrait se révéler salvateur pour l’environnement. Selon l’Institut national de recherche agronomique, qui a participé à l’étude, une vache laitière produit 90 kilos de méthane par an, rejeté essentiellement par voie orale (à 95 % !)… et non par voie anale, contrairement à ce que l’on pourrait penser.

Lire aussi Cartilage de vache : un effet bœuf contre l’arthrose ? 

Sur le même thème