Une coloscopie « en couleur » pour mieux détecter le cancer

iStock / Gettyimages

La coloscopie n’est jamais une partie de plaisir mais cet examen est primordial pour découvrir des lésions précancéreuses ou cancéreuses. Elle s’effectue (sous anesthésie) au moyen d’un endoscope, un tube souple muni d’une caméra pour scruter l’intérieur de la paroi du gros intestin. Elle est indiquée chez des personnes ayant des antécédents de cancer du côlon ou des traces de sang dans les selles (le test de dépistage, à réaliser à domicile tous les deux ans, est gratuit pour les 50 – 74 ans).

Une étude présentée en mai lors d’un congrès médical à Milan (Italie), montre que l’ingestion d’un comprimé de colorant bleu pendant la préparation à cet examen (qui consiste à ingérer un liquide de lavage afin de vider les intestins) augmenterait la détection des polypes.

Pour en arriver à cette conclusion, l’équipe du Pr Repici, médecin gastro-entérologue, a mené un essai sur plus de 1 200 patients qui devaient subir une coloscopie. Un groupe a reçu un comprimé de bleu de méthylène à libération retardée, un autre groupe une demi-dose et le dernier un placebo. L’analyse des médecins a montré que la détection des adénomes ou des polypes était facilitée chez les patients du premier groupe par rapport au placebo, avec une augmentation du taux de détection de près de 9 %. Un chiffre non négligeable. En effet, certains polypes ne sont pas toujours détectés par l’endoscope, en particulier quand ils ont une forme plate.

Avec près de 45 000 nouveaux cas et 18 000 décès par an, le cancer colorectal est le deuxième cancer le plus meurtrier et le troisième cancer le plus fréquent, d’où l’intérêt d’un dépistage précoce… et précis !

Lire aussi

Cancer colorectal : les vertus des fibres prouvées

Publié le dans Check-up

Sur le même thème