Un fruit pour lutter contre le surpoids !

© Getty images/Istock

En France, on le cultive pour la sériciculture, autrement dit l’élevage des vers à soie, qui se nourrissent exclusivement de ses feuilles. Le mûrier blanc a pourtant d’autres vertus, que l’on trouve dans son fruit. Une étude provenant du pays d’origine de cette plante, la Chine, montre que sa baie oblongue et blanchâtre (et, il faut bien le dire, moins goûteuse que les petites mûres sauvages qui poussent sur le bord des chemins campagnards) possède d’étonnantes propriétés.

Fer, calcium, vitamine C, fibres et protéines végétales font de la mûre blanche un produit utilisé par la médecine traditionnelle chinoise pour lutter contre la pousse des cheveux blancs, la constipation ou les nausées, mais il y a mieux. Elle semble très efficace pour brûler les graisses. Comment ? En métamorphosant les tissus adipeux blancs en tissus adipeux brun. Les cellules adipeuses brunes sont très faciles à faire fondre (l’hiver, notre corps les brûle sous l’effet du froid), tandis que les blanches, tenaces, sont difficiles à éliminer (généralement à grands coups de régimes pas forcément bons pour la santé). C’est la rutine, un antioxydant contenu dans la baie, qui opère ce petit miracle.

Les chercheurs de l’Académie des sciences de Pékin sont parvenus à cette conclusion en distribuant quelques milligrammes quotidiens de rutine à une population de souris obèses divisée en deux groupes : l’un avait été engraissé à dessein, l’autre souffrait d’un surpoids d’origine génétique. Et que croyez-vous qu’il arrivât ? « Ce traitement a favorisé la transformation des cellules adipeuses blanches en cellules adipeuses brunes qui ont ensuite été brûlées. Toutes les souris ont perdu du poids ». Une nouvelle arme dans la lutte contre l’obésité ? Quand on sait qu’un Français sur deux est en surpoids, c’est plutôt une bonne nouvelle. Mais ce n’est pas une raison pour reprendre une portion de frites-mayo.

Publié le dans Check-up

Sur le même thème