Troubles du sommeil : les femmes plus concernées

© Getty Images

Vous ne fermez pas l’œil de la nuit alors que votre mari dort toujours comme un loir ? Ne cherchez plus, vous n’êtes pas égalitaires face au sommeil. Selon une étude menée par des chercheurs australiens de la clinique du sommeil de Coolangatta, les femmes seraient davantage touchées par les troubles du sommeil et affectées par leurs conséquences au quotidien.

Pour parvenir à ces conclusions, les scientifiques ont suivi, entre 2013 et 2015, 744 patients soignés pour différents problèmes de sommeil. Les participants ont été évalués grâce à plusieurs tests et formulaires, comme l’échelle de somnolence d’Epworth, une série de questions qui permettent d’évaluer le degré de somnolence pendant la journée.

Les données récoltées ont montré que les femmes souffraient davantage de somnolence diurne : 49 % contre 37 % des hommes. « Même si les troubles du sommeil peuvent être génétiques, ils sont souvent d’ordre hormonal », explique le docteur Joëlle Adrien, présidente de l’Institut national du sommeil et de la vigilance (INSV). « Globalement, les femmes sont deux fois plus touchées que les hommes ».

La gent féminine serait également plus susceptible d’être excessivement fatiguée, de développer des dépressions sévères et d’avoir des difficultés à se concentrer et à mémoriser. Un cercle vicieux, en somme. Et pour ne rien gâcher, ces problèmes s’accroissent avec l’âge. « Les femmes sont beaucoup plus vulnérables à la ménopause, donc plus affectées par les insomnies et autres troubles du sommeil », précise Joëlle Adrien.

Ces nouveaux travaux confirment l’intérêt de mettre en place des traitements plus personnalisés. À quand un médecin spécialiste du sommeil des femmes ?

Lire aussi Une nouvelle méthode pour s’endormir

Publié le dans Check-up

Sur le même thème