Thermalisme : des cures pour soulager l’arthrose

iStock/Getty Images

Pas question de renoncer à son énergie et à sa mobilité parce que la maladie crée douleurs et blocages. Des approches non médicamenteuses ont fait leurs preuves. Zoom sur le thermalisme.

C’est quoi ?
Les cures thermales développent des soins (bains, affusion, hydromassage) à base d’eaux riches en minéraux et oligo-éléments ainsi que des applications de boue. En rhumatologie, des études cliniques de grande ampleur ont prouvé leurs effets thérapeutiques, notamment sur le traitement de l’arthrose.

Quelle efficacité en attendre ?
Longtemps perçu comme une médecine d’antan inopérante, le thermalisme a fait la preuve de son efficacité. Un essai* mené sur 462 patients a notamment évalué le traitement de l’arthrose du genou (premier motif de cure). Il a comparé un « groupe patients » recevant des analgésiques, des anti-inflammatoires, des infiltrations, des soins corporels et pratiquant un programme d’exercices physiques avec un « groupe curistes » bénéficiant pendant 18 jours de bains thermaux, d’enveloppements de boue, de massages, d’exercices de mobilisation en piscine. Résultat ? Six mois plus tard, 50,8 % des curistes constataient encore une diminution de leur douleur et une meilleure mobilité, contre seulement 36,4 % des patients sous traitement classique. Autre atout du thermalisme : il permet souvent de réduire les prises de médicament (paracétamol et anti-inflammatoire non stéroïdien) et propose de nombreux programmes complémentaires pour intervenir de façon pluridisciplinaire sur l’arthrose : coaching nutritionnel pour perdre du poids (une perte de poids, même faible, allège les douleurs arthrosiques), activités sportives adaptées, cours d’automassages, d’étirements à pratiquer chez soi…

Je consulte qui ?
Le médecin traitant comme le rhumatologue sont habilités à prescrire une cure thermale conventionnée par la sécurité sociale (soit 18 jours de soins). Puis, une fois sur place, le médecin thermal décide des soins thermaux en fonction de chaque cas. Pour une minicure non conventionnée (très en vogue en ce moment), mieux vaut également être conseillé par le médecin.

Existe-t-il des contre-indications ?
Fracture non consolidée, accident cardiaque ou cérébral récent, maladie évolutive (tumeur, infection, cancer…), problèmes veineux importants et maladie de peau peuvent constituer des freins. Seul le médecin peut les évaluer.

3 mini-cures ciblées

  •  Mains. Des soins spécifiques doigts, pouce, poignets… Cure Bien-être et assouplissement des mains, à Aix-les-Bains, 339 €/pers, valvital.fr
  • Genou. Un parcours dédié à la mobilité des genoux. Mini-cure Gonarthrose à Barbotan-les-Thermes, 495 €/pers, chainethermale.fr
  • Dos. Un traitement thermal réservé aux pathologies dorsales visant à réduire douleurs mécaniques et raideur. Mini-cure Arthrose de la colonne vertébrale à Royat, 360 €/pers, thermes-de-royat.com

* Thermarthrose, Association française pour la recherche thermale, Afreth.org

À lire aussi

Arthrose : 50 conseils antidouleur

Sur le même thème