Test : prenez-vous soin de votre cœur ?

iStock

Ce muscle qui nous maintient en vie n’a pas que des amis ! Il importe de bien identifier ceux qui lui veulent du mal si on veut les empêcher de nuire.

Le cœur se contracte et se relâche 70 fois par minute environ, ce qui correspond à 100 000 battements par jour ! C’est une pompe qui propage le sang dans les artères, 4 à 5 litres par minute, afin de nourrir les organes, les viscères, les muscles et les tissus, puis vers les poumons, afin de se réapprovisionner en oxygène. Autant dire qu’il assure une fonction vitale ! Raison de plus pour le garder en forme aussi longtemps que possible.

Musculation recommandée
Comme un sportif, voilà un organe qui exige un entraînement constant afin de rester tonique, puissant et efficace dans son rôle de pompage. Pour le muscler, un seul remède : bouger le plus possible. L’activité physique améliore la fluidité du sang (ce qui réduit le risque de formation de caillots dans les artères), diminue les besoins en oxygène du cœur pendant l’effort et abaisse la fréquence cardiaque et la pression artérielle au repos comme à l’effort. Bouger sert aussi à réguler le taux de cholestérol et à prévenir le diabète de type 2 et le stress, autres ennemis. La régularité garantit l’efficacité : au minimum trente minutes par jour ! Respecter son rythme aussi. La marche, par exemple, permet une adaptation très progressive du cœur. Si l’on n’a pas fait d’exercice depuis longtemps, on commence par une ballade de cinq à dix minutes puis on augmente peu à peu pour parvenir à une demi-heure ou plus.

Rendez-vous chez le généraliste
Après la ménopause, le fait de ne plus être protégée par les hormones oestrogéniques induit une rigidification des artères, ce qui augmente le risque d’hypertension artérielle, l’un des principaux facteurs de risque d’infarctus du myocarde et d’AVC. Après 55 ans, près d’une femme sur deux est hypertendue, alors on reste vigilante sur certains signes d’alerte comme des maux de tête au réveil, un essoufflement à l’effort, des palpitations ou encore des problèmes de concentration, et on fait régulièrement mesurer sa pression artérielle à la maison (avec un tensiomètre) ou auprès de son médecin. Côté cuisine, on mise sur les légumes et les fruits, les protéines maigres (volaille, lapin…), les poissons gras et l’huile de colza, riches en oméga 3. Et on y va mollo sur l’alcool, qui pèse sur la balance. Surveiller son alimentation prévient le diabète de type 2 et d’un excès de cholestérol (en cause dans un infarctus sur deux). Cela limite aussi la prise de poids autour de la ceinture abdominale. N’hésitez pas à réaliser un bilan de vos facteurs de risques avec votre médecin. Il pourra également vous aider, si besoin, à vous sevrer du tabac, autre bête noire du cœur !

Le test

Cochez les cases qui vous concernent :

– Je suis plutôt sujette à des troubles du sommeil.

– J’ai fait du sport pendant des années mais je n’ai encore pas eu le temps ou le courage de rechausser mes baskets.

– Je me sens souvent stressée ou anxieuse.

– Je continue de fumer malgré mes tentatives pour arrêter.

– J’ai du diabète.

– Je mange plutôt des plats préparés industriels et des conserves.

– J’ai tendance à resaler mes plats.

– Lors de mon dernier bilan sanguin, mon taux de LDL cholestérol était supérieur à 1,60 g/l.

– Quand on me prend la tension, le premier chiffre est très élevé (> à 15).

– Mon tour de taille est supérieur à 88 cm.

Résultat : Vous avez coché au moins 3 cases ou plus ? Prévoyez un bilan avec votre médecin.

Merci à la Pr Claire Mounier-Vehier, cardiologue au CHU de Lille et présidente de la Fédération française de cardiologie (fedecardio.org).

Lire aussi

Maladies cardiovasculaires : quel régime adopter ?

Publié le dans Check-up

Sur le même thème

Prenez votre ventre en main

Il est au centre de toutes nos préoccupations. Comme en témoignent le succès du documentaire produit par Arte, Le Ventre, notre deuxième cerveau, réalisé[...]