2 solutions pour en finir avec le torticolis

iStock / Getty Images

Pas de panique, il existe des solutions efficaces pour tenir tête à ces vilaines douleurs qui vous bloquent la nuque.

Cette forte contracture des muscles du cou (le plus gros étant le sterno-cléido-mastoïdien) survient généralement après un mouvement brusque, une mauvaise position au cours du sommeil ou pendant une période de stress et de fatigue. Un torticolis peut aussi apparaître suite à une infection (état grippal, infection des dents, de la gorge, etc.) ou à cause d’une arthrose cervicale. Le cou se bloque d’un seul ou des deux côtés, la douleur parfois violente peut irradier dans tout le haut du corps, jusqu’aux épaules. Pour prévenir un nouvel épisode, protégez-vous du froid avec un foulard, évitez les courants d’air et étirez régulièrement le dos et le cou. Pensez également à remplacer votre oreiller par un modèle ergonomique, il va permettre de maintenir la tête dans l’axe en position allongée, sur le dos comme sur le côté.

Des huiles essentielles (HE) antidouleur

  • C’est quoi ? Ces extraits de plantes concentrés aident à relâcher les muscles raidis afin de calmer la douleur. Dans un flacon de 10 ml, mélangez 2 ml d’HE de romarin à camphre (Rosmarinus officinalis camphoriferum), 1 ml d’HE de gaulthérie couchée (Gaultheria procumbens), 1 ml d’HE de katrafay (Cedrelopsis grevei) et 1 ml d’HE de baume de copahier (Copaifera officinalis). Complétez avec 5 ml d’huile végétale d’arnica. Appliquez sur l’ensemble de la zone touchée et massez délicatement du bout des doigts.
  • Pourquoi ça marche ? À la fois analgésique et décontractant, le romarin à camphre dénoue les tensions musculaires. La gaulthérie contient 99 % de salicylate de méthyle, dont l’aspirine est dérivée. Ses effets analgésique et anti-inflammatoire induisent une vasodilatation des vaisseaux sanguins, ce qui procure une sensation de chaleur à l’endroit douloureux et détend les muscles dès l’application. Son association avec les huiles essentielles de katrafray et de baume de copahier, deux autres anti-inflammatoires tendino-musculaires, décuple son efficacité.
  • Comment ça se passe ? Appliquez ce mélange trois fois par jour jusqu’à ce que les symptômes disparaissent. Généralement tout rentre dans l’ordre au bout de deux à trois jours. Mais attention, on déconseille le camphre aux personnes épileptiques et hypertendues et à celles qui présentent une allergie à l’aspirine et à ses dérivés.

De l’ostéopathie contre les blocages

  •  C’est quoi ? Des manipulations et des étirements destinés soulager la zone endolorie et à retrouver rapidement la mobilité du cou. L’ostéopathe travaille également sur l’origine profonde de la contracture afin de prévenir les récidives.
  • Pourquoi ça marche ? L’ostéopathie intervient sur les contractures musculaires de la région cervicale, mais pas seulement. Elle vise aussi à rééquilibrer de façon globale l’ensemble du corps car un torticolis ne survient pas de manière isolée. Il peut provenir de blocages articulaires ou musculaires situés dans d’autres parties du corps (au niveau du bassin par exemple) et qui, par des phénomènes de compensation, provoquent la contracture.
  • Comment ça se passe ? Le praticien commence par poser des questions sur les circonstances ayant entraîné les tensions musculaires. Il réalise ensuite un bilan de la mobilité grâce à un examen palpatoire précis et global. Entre les séances, un collier cervical peut être nécessaire pour limiter les mouvements et maintenir la zone sensible au chaud. Il faut éviter de le porter de manière permanente et durant plus d’une semaine, car il entraîne une perte musculaire et une raideur au niveau des cervicales, soit l’inverse de l’effet recherché.

Merci à Thierry Folliard, naturopathe et auteur de La Bible Larousse des huiles essentielles (éd. Larousse).

Lire aussi Arthrose, rhumatisme, migraine… 9 solutions douces pour soulager la douleur

Publié le dans Check-up

Sur le même thème

En finir avec les aphtes

Les aphtes sont des ulcérations de la muqueuse buccale très fréquentes. Une personne sur deux en aura au moins une fois dans sa vie. Leur cause demeure inconnue mais[...]