Seniors : plus de 7 médicaments par jour et c’est déjà trop !

Crédit : iStock-Getty images

Antidiabétiques, antihypertenseurs, somnifères, antidouleurs ou encore antidépresseurs… La liste des médicaments consommés par les personnes âgées est longue, voire trop longue. Une enquête*, publiée ce jeudi par le magazine 60 Millions de consommateurs, alerte sur les dangers de la surmédication chez les seniors, appelée aussi polymédication. D’après les résultats de l’étude, 20 % des plus de 65 ans prennent au moins 7 médicaments différents par jour. Et bien plus pour d’autres : jusqu’à 58 gélules par jour. « C’est une fourchette basse, parce que l’automédication n’est prise en compte que si elle est associée à une prescription médicale », alerte le mensuel.

La polymédication peut avoir de lourdes conséquences sur l’état de santé des malades : chutes graves, accidents ou encore hémorragies. « Plus la consommation de médicaments est élevée, plus le risque de survenue d’accidents médicaux augmente », ajoute le magazine de l’Institut national de la consommation (INC). L’Assurance maladie estime que la surmédication occasionne près de 7 500 décès par an et 130 000 hospitalisations chez les personnes âgées**.

Vers une meilleure synchronisation ?
Les auteurs de l’étude recommandent plus de coordination de la part du personnel de santé : « Les ordonnances des personnes polymédiquées sont rédigées, en moyenne, par deux à trois médecins différents. Ce qui amène à s’interroger sur la coordination de ces prescriptions. »

Médecins et spécialistes devraient avoir connaissance de l’ensemble des médicaments consommés par le patient et de son état général avant toute prescription. « Nous militons pour la mise en place d’une nouvelle technologie pertinente qui permette aux praticiens de télécharger l’intégralité des traitements du patient. L’outil existe déjà aux Etats-Unis et coûterait peu cher puisque les données de remboursement sont déjà disponibles sur la base Ameli », proposait Claude Rambaud, administratrice de France Assos Santé, ce jeudi lors de la conférence de presse.

60 Millions de consommateurs rappelle néanmoins que certains traitements sont essentiels et les arrêter peut s’avérer dangereux. Le meilleur conseil reste de consulter son médecin traitant avant toute prise de décision.

* Enquête réalisée par la plateforme de données OpenHealth et commandée par Santéclair, une filiale d’organismes complémentaires d’assurance maladie. L’étude a été menée pendant trois mois sur 154 304 personnes âgées de 65 ans et plus.
** Données issues du Rapport Charges et produits pour l’année 2018 de l’Assurance maladie

À lire aussi La liste noire des médicaments à éviter

Publié le dans Check-up

Sur le même thème