Parkinson : avoir été opéré de l’appendicite diminue les risques

iStock/Getty Images

C’est un lien étonnant, et pourtant une étude* menée sur un nombre substantiel d’individus (un million et demi !) l’affirme : les personnes qui se sont faites opérer de l’appendicite ont 20% de risques en moins de développer la maladie de Parkinson. Quant à celles ayant subi une appendicectomie par le passé et qui développent malgré tout la maladie, elles seraient touchées en moyenne 3,6 ans plus tard que les autres patients.

Comment expliquer un tel phénomène ? L’appendice contient une protéine, l’alpha-synucléine, qui a tendance à s’accumuler dans le cerveau des patients atteints de la maladie de Parkinson. « L’alpha-synucléine est une protéine qui n’aime pas rester immobile, elle se déplace facilement, explique à CNN l’auteure principale de l’étude, Viviane Labrie, de l’Institut de recherche Van Andel dans le Michigan. Si elle entre dans le cerveau, elle peut germer, se propager, et avoir des effets neurotoxiques qui peuvent éventuellement mener à la maladie de Parkinson. »

Des travaux qui viennent étayer une hypothèse émise lors d’une précédente étude, menée sur des rats par des chercheurs de l’université de Lund, en Suède, selon laquelle la maladie de Parkinson pourrait débuter non pas dans le cerveau, mais dans le tractus gastro-intestinal. « Chez les malades de Parkinson, indique Viviane Labrie, on peut observer des modifications sensibles du microbiote, ce qui pourrait éventuellement expliquer l’apparition de la pathologie ». La chercheuse tempère cependant en rappelant que « la maladie de Parkinson est un trouble multisystémique. Il existe donc probablement de nombreux endroits d’où elle peut tirer son origine, le système gastro-intestinal étant l’un d’entre eux. »

Selon un rapport de l’Académie nationale de chirurgie parue en 2014, près d’une personne sur 10 se fera opérée de l’appendicite au cours de sa vie. Quant à Parkinson, on déplore en moyenne 25 000 nouveau cas chaque année dans l’Hexagone.

* Cette étude a été publiée dans la revue spécialisée Science Translational Medicine. 

À lire aussi

Parkinson : une appli pour aider les malades

Publié le dans Check-up

Sur le même thème