Saignements post-ménopause : signe de cancer de l’endomètre ?

iStock/Getty Images

Des chercheurs américains estiment que l’apparition de saignements vaginaux après la ménopause devrait entraîner un dépistage systématique du cancer de l’endomètre.

Selon les conclusions d’une étude de grande envergure, publiées dans le Jama Internal Medicine (le journal de l’American Medical Association), 91% des femmes ménopausées atteintes du cancer de l’endomètre avaient constaté des saignements. Or ce cancer se développe lentement et peut être guéri lorsqu’il est détecté de manière précoce. Le taux de survie s’élève même à 95% lorsque ce cancer est dépisté au stade 1.

Le diagnostic du cancer n’est pas une fatalité pour autant, puisque seulement 9% des femmes ayant été dépistées suite à des saignements sont touchées par la maladie. Un chiffre que les chercheurs rapprochent des symptômes du cancer colorectal : seulement 8% des personnes ayant constaté la présence de sang dans les selles sont touchées par la pathologie.

Pour le dépistage, on pratique d’abord une échographie pelvienne afin de détecter un éventuel épaississement de l’endomètre, auquel cas une biopsie est nécessaire pour diagnostiquer la maladie.

Le cancer de l’endomètre (la muqueuse recouvrant la paroi intérieure de l’utérus) est le quatrième cancer le plus fréquent chez les femmes, derrière celui du sein, le colorectal et celui du poumon. Il touche essentiellement les femmes ménopausées, l’âge moyen du diagnostic étant de 68 ans. L’obésité et le diabète peuvent représenter des facteurs de risque.

Il survient parfois avant la ménopause : les saignements en dehors des cycles menstruels doivent alors alerter et le dépistage est conseillé.

À lire aussi

Ménopause : au secours, je prends du ventre !

 

Publié le dans Check-up

Sur le même thème