Maladie d’Alzheimer, mieux vaut prévenir…

iStock/Getty Images

Alzheimer… La ministre de la santé l’a annoncé. A compter du 1er août prochain, quatre médicaments, actuellement prescrits pour freiner les symptômes de la maladie, ne seront plus remboursés. Et à ce jour, il n’existe aucun traitement capable de venir à bout de cette pathologie. Autant de nouvelles peu réjouissantes… Pour autant, il reste des raisons d’espérer car il y a des moyens, à tout âge, d’agir pour l’éloigner voire pour l’empêcher de se manifester. Trop beau pour être vrai ? Absolument pas si l’on en croit le Pr Philippe Amouyel, professeur de santé publique au CHU de Lille et directeur de la Fondation Plan Alzheimer.

Il vient d’écrire un livre formidable, Le guide anti-Alzheimer (éditions Le Cherche Midi) pour nous aider à garder notre cerveau en pleine forme. Résolument optimiste, il explique qu’il n’est jamais trop tard pour commencer. Concret, il liste les multiples moyens d’actions, fiables car étayés par des études scientifiques. Et pragmatique, il explique qu’il ne s’agit pas de tout révolutionner dans sa vie mais d’adopter, dans la durée, deux ou trois rituels qui nous conviennent. Et vous n’aurez que l’embarras du choix.

Partant du principe que le cerveau est le seul organe qui ne s’use que si l’on ne s’en sert pas, le spécialiste recommande de sortir de sa zone de confort en expérimentant des activités nouvelles : s’inscrire à un Mooc (cours en ligne dispensés par des universités), lâcher la télé pour prendre un livre, privilégier les mots croisés (qui sollicitent les deux parties du cerveau quand les sudoku n’en font travailler qu’une), méditer, élargir le cercle de ses relations… D’ailleurs, une toute nouvelle étude chinoise, qui a suivi pendant 5  ans plus de 15 000 seniors de plus de 65 ans, à qui l’on a demandé de lire, de jouer à des jeux de société et même de parier aux courses, vient de prouver que participer à des activités intellectuelles aide à ralentir ou à prévenir la démence.

Ménager son corps aussi, ça compte : faites du sport (on abaisse le risque de maladie de 45 % en pratiquant deux fois par semaine), l’amour (les performances cognitives sont meilleures chez ceux qui ont une activité sexuelle que chez les abstinents) et dormez bien (il existe un lien entre repos et efficacité de la mémoire). Surveillez votre poids et votre alimentation : peu d’alcool, des fruits et légumes frais et secs, de l’huile d’olive, beaucoup de poissons, des céréales complètes, sucre et sel avec modération, 1 à 3 tasses de café… Et dernier petit conseil pioché dans ce guide ultra complet : ne retenez ni vos éternuements, ni vos quintes de toux. Vous risquez de créer des microruptures des petits vaisseaux qui irriguent le cerveau et favoriser la disparition de neurones.
Alors, vous commencez quand ?

À lire aussi :

Alzheimer : bientôt un traitement pour déjouer la maladie ?

Sur le même thème