Mal au ventre : les solutions antidouleurs

iStock / Getty Images

Simple désagrément ponctuel ou petit bobo quotidien, notre ventre nous réserve parfois de mauvaises surprises. Pour lesquelles il existe toujours une parade !

La constipation
C’est de loin le désordre digestif le plus fréquent. Des congrès médicaux entiers planchent même sur la question. Pas de panique, dans un cas sur deux, il suffit d’augmenter la quantité de fibres alimentaires pour améliorer le symptôme. « On distingue la constipation de transit et celle d’évacuation. Dans le second cas, on a envie d’aller à la selle mais rien ne se passe. Surtout ne poussez pas, vous risquez de dégrader votre périnée », avertit le Dr Godeberge. Buvez, prenez votre temps… et si la situation perdure, c’est votre mode de vie qu’il va falloir réviser.
Je fais quoi ? Une cure prolongée de probiotiques, vendus en pharmacie. En cas de constipation de transit, le Dr Godeberge conseille d’éduquer son côlon, de lui redonner un rythme : « On peut favoriser le démarrage des mouvements intestinaux par l’ingestion d’un jus de fruit frais ou d’eau fraîche le matin à jeun. » Si malgré vos efforts la situation reste bloquée, « on peut utiliser un laxatif doux, poursuit le médecin. Il y a des systèmes digestifs qui ont besoin d’une petite assistance, comme on a besoin de lunettes de vue avec l’âge. Rien de dramatique, il faut seulement veiller à ce que ça ne devienne pas une habitude. » Parmi les solutions naturelles : une goutte d’huile essentielle de gingembre à avaler avant ou après le repas dans une demi-cuillère à café d’huile d’olive. Et n’oubliez pas de faire de l’exercice physique (voir p xx).

Les hémorroïdes
Elles résultent de la constipation. Attention toutefois aux conclusions hâtives : « Les patients auto-diagnostiquent rapidement des hémorroïdes quand ils ont des saignements ou une petite boule au niveau de l’anus, constate le Dr Godeberge. Je recommande vraiment de consulter pour lever le doute sur un cancer du côlon ou de l’anus. Surtout s’ils s’accompagnent de signes d’alerte comme un amaigrissement progressif non expliqué ou un état de fatigue générale. »
Je fais quoi ? Pour soulager la douleur, on peut appliquer des huiles essentielles (HE) en lotion directement sur les hémorroïdes. En cas de saignements, Danièle Festy préconise d’en mélanger trois : le lentisque pistachier, l’hélichryse italienne, le ciste ladanifère. Versez 10 gouttes de chaque HE dans un flacon de 5 ml d’huile végétale. Déposez deux gouttes trois à cinq fois par jour après chaque toilette et chaque selle. « En parallèle, il faut renforcer son système circulatoire avec de la vigne rouge, de l’hamamélis et du cyprès en tisane ou en extrait glycérine », dispense Danièle Festy. Et surtout soigner son transit !

Le reflux
En théorie, une fois votre repas avalé, il doit rester dans l’estomac avant de migrer vers l’intestin grêle. Mais il arrive qu’il reparte en sens inverse et provoque des remontées acides. « Entre l’estomac et l’œsophage, nous avons un muscle qui joue le rôle de valve anti-retour, décrit le Dr Godeberge. En cas de surpoids, ce muscle peut être mis à rude épreuve, provoquant des dysfonctionnements.» Une étude a aussi monté que le stress pouvait causer des ouvertures intempestives de la valve.
Je fais quoi ? Pour limiter les remontées dans l’œsophage, mieux vaut de pas s’allonger tout de suite après un repas, laisser passer deux heures entre le dîner et le coucher. Évitez les boissons gazeuses, les graisses et l’alcool. On peut aussi surélever son lit avec deux cales du côté de la tête (et pas l’inverse !).

Les intolérances alimentaires
Quand on devient hypersensible à un aliment, c’est qu’on en a trop consommé pendant une période et que le système digestif montre des signes de fatigue. La bonne nouvelle c’est que « les intolérances aux Fodmaps ou l’hypersensibilité au gluten ne sont pas définitives, rassure le Dr Godeberge. Alors que les allergies, c’est pour la vie ! Et généralement, elles sont détectées chez les sujets jeunes. Le régime sans gluten, qui est très à la mode, n’a donc pas vocation à être suivi dans la durée, sauf si la maladie cœliaque – l’intolérance stricte au gluten – a été diagnostiquée. Mais cette maladie auto-immune est rare. »
Je fais quoi ? Il faut commencer par mener l’enquête pour identifier l’aliment qui provoque les douleurs, ballonnements et autres diarrhées. Optez pour le régime sans Fodmaps pendant six semaines ou un régime sans gluten ou lactose, vous y verrez plus clair. Ensuite, « il faut réparer la flore intestinale et la tunique de l’intestin avec de l’acide glutamique et des probiotiques, explique Danièle Festy. Au bout de quelques mois, on réintègre les aliments incriminés en toutes petites quantités, un jour sur cinq. On prend aussi des anti-inflammatoires naturels, tels que les oméga 3. »

La colopathie fonctionnelle
Douleurs abdominales, ballonnements, digestion lente… Le côlon n’a pas toujours un fonctionnement optimal mais il n’est pas « malade » pour autant. D’ailleurs quand on regarde à la radio ou que l’on fait des prélèvements, tout semble normal. Rien de pire que de s’entendre dire que c’est « psychosomatique », car la douleur existe bien. « C’est vraiment un dysfonctionnement chronique, totalement bénin mais terriblement inconfortable, confirme le Dr Godeberge. L’objectif va viser à limiter l’intensité et les fréquences des symptômes. »
Je fais quoi ? En cas de crise, premier réflexe : avalez deux gouttes d’huile essentielle de basilic exotique, un super-antispasmodique. Supplémentez-vous en permanence en probiotiques, en oméga 3 anti-inflammatoire et en magnésium marin B6 pour mieux gérer le stress (facteur aggravant). Saupoudrez de curcuma et d’un peu de poivre la plupart de vos plats salés. Mangez les fruits crus en dehors des repas, des fruits cuits en fin de repas et évitez les fruits et légumes à graines (kiwi, framboise, fraise, concombre, tomate, courgette).

Merci au Dr Philippe Godeberge, gastro-entérologue, auteur de Qu’est-ce que tu as dans le ventre ?, éd. Hachette Pratique, à Danièle Festy, ancienne pharmacienne, coauteur de Ma bible du ventre, éd. Leduc.S, et spécialiste des huiles essentielles et au Dr Pierre Nys, endocrinologue nutritionniste, attaché des Hôpitaux de Paris, coauteur de Ma Bible du ventre, éd. Leduc. S, et spécialiste du régime Fodmaps.

Lire aussi Prenez votre ventre en main

Publié le dans Check-up

Sur le même thème