La polysomnographie sans stress

iStock/Getty Images

Prescrit pour déceler l’origine d’un trouble chronique du sommeil, cet examen enregistre et étudie toute la période d’endormissement afin d’en évaluer la qualité.

Comment ça se passe ?
Un praticien d’un centre du sommeil* colle des capteurs sur divers endroits du corps : le cuir chevelu, le menton, le torse, les jambes, sous les narines et de part et d’autre des yeux. Il place des sangles autour du thorax et de l’abdomen ainsi qu’un petit micro au creux du cou pour enregistrer les ronflements. Puis on vous emmène dans une chambre réservée pour y passer la nuit. Une fois les électrodes branchées à un appareil d’enregistrement, il ne vous reste plus qu’à tomber dans les bras de Morphée. Pendant ce temps – l’examen dure en moyenne huit heures –, les capteurs enregistrent en continu le rythme cardiaque, les différents stades du sommeil et les micro-réveils, les mouvements respiratoires et ceux, involontaires, des jambes et des yeux, ainsi que le débit d’air au niveau du nez. La vidéo sert à déceler d’éventuelles crises d’épilepsie ou un somnambulisme. Dans certains cas, l’examen peut être réalisé à domicile.

Ça sert à quoi ?
Grâce aux nombreux paramètres explorés (cardiaques, cérébraux, respiratoires et musculaires), ce dispositif permet d’étudier la structure du sommeil et de mettre en évidence les anomalies (syndrome d’apnée du sommeil, mouvements périodiques nocturnes des jambes, trouble cardiaque) pouvant causer une insomnie sévère résistant aux traitements habituels. La polysomnographie sert également à révéler une hypersomnie, comme la narcolepsie.

Même pas peur, même pas mal
Cet examen est indolore. Le port des capteurs peut éventuellement gêner pour trouver le sommeil, surtout si vous avez l’habitude de dormir sur le ventre. Mais la colle utilisée est très résistante. On peut donc changer de position au cours de la nuit sans craindre que les pastilles ne s’arrachent.

Quelle préparation ?
Aucune. Il faut juste prévoir de quoi passer la nuit (affaires de toilette, vêtement de nuit confortable) au centre du sommeil, sans oublier ses traitements habituels. Il est déconseillé d’appliquer de la laque ou du gel sur les cheveux, une crème ou du maquillage sur le visage, car ces produits risqueraient de fausser les résultats.

Et après ?
Vous pouvez rentrer chez vous le lendemain matin, une fois le matériel retiré et après avoir pris un petit déjeuner mis à votre disposition. Le temps aussi de prendre une douche et d’éliminer les résidus de colle laissés par les capteurs.

* Liste des centres du sommeil à télécharger ici.

Merci au Dr Sylvie Royant-Parola, psychiatre, neurobiologiste et présidente du Réseau Morphée, consacré à la prise en charge des troubles chroniques du sommeil.

À lire aussi 

L’arthroscopie du genou sans stress

Publié le dans Check-up

Sur le même thème

La colposcopie sans stress

Rapide et indolore, cette exploration visuelle du côlon permet de dépister les infections, les inflammations et les tumeurs. Comment ça se passe ? Une fois le[...]

La fibroscopie sans stress

Appelé aussi gastroscopie, cet examen prescrit en cas de douleurs, de saignements ou de reflux gastriques n’a rien de douloureux mais rien de drôle non plus. On[...]

Passer une IRM sans stress

Sacralisé pendant longtemps car il était difficile d’obtenir un rendez-vous, l’IRM est désormais un examen courant mais… impressionnant. Tout ce qu’il faut[...]