Interactions médicamenteuses : il y a du nouveau

Getty

En vieillissant, il arrive fréquemment que l’on doive prendre simultanément plusieurs médicaments prescrits par différents médecins. Avec le risque que certaines molécules se causent du tort entre elles et nous fassent, à nous, plus de mal que de bien. Ces cocktails de chimie peuvent, en effet, provoquer ou majorer des effets indésirables, mais aussi réduire l’efficacité des traitements. Il existe depuis quelque mois un dispositif destiné à prévenir ces désagréments (potentiellement dangereux), notamment chez les seniors : le bilan partagé de médication. Une mécanique dans laquelle le pharmacien va jouer un rôle clé.

Le principe : on propose un suivi particulier aux plus de 65 ans qui souffrent d’une affection de longue durée et aux plus de 75 ans qui doivent ingurgiter au moins 5 molécules différentes pendant 6 mois. Le pharmacien les reçoit pour un entretien personnalisé destiné à faire le point sur les prescriptions en cours, les éventuelles difficultés à les suivre, les inconforts et gênes qu’elles créent. Ensuite, il analyse toutes ces données et suggère des recommandations et/ou des évolutions au médecin traitant. Lorsque ce dernier a donné son avis, le pharmacien revoit le patient lors d’un « entretien conseil » : il lui présente une possible adaptation du traitement si elle a été validée par le spécialiste, rappelle le bon usage quotidien des médicaments et l’importance de l’observance etc. Bref, un vrai accompagnement sur mesure qui devrait éviter bien des problèmes.

Lire aussiPlantes et médicaments, un cocktail à risques

Publié le dans Check-up

Sur le même thème