15 idées fausses sur les fruits et légumes

Crédit : Getty

Gorgés de vitamines et de fibres, d’une diversité incomparable, les fruits et légumes flattent nos papilles et contribuent à équilibrer notre alimentation, souvent trop riche en sucres et en graisse. Tout ce qu’il faut savoir pour tirer le meilleur parti de leur intérêt nutritionnel et se concocter des menus aux petits oignons !

Les agrumes au dîner empêchent le marchand de sable de passer
Fausse réputation pour cette famille de fruits généreux en vitamine C, qui ont la réputation d’énerver et de favoriser les insomnies chez ceux qui les consomment en fin de journée. « Plusieurs études ont montré que de grandes quantités de vitamine C n’affectent pas la durée ou la qualité du sommeil chez les personnes testées, avec des doses de 4 g de vitamine C soit l’équivalent de plusieurs kilos d’oranges », souligne le biologiste Sylvain Duval.

Il n’y a pas meilleur que l’artichaut pour nettoyer le foie
Si ses fibres font des merveilles sur la digestion et le transit, ses bénéfices sur le foie demeurent limités car ses vertus se nichent dans ses feuilles et sa tige. Or, ce que l’on mange, c’est le bourgeon ou le bouton de la fleur ! Pour que votre système hépatique puisse donc bénéficier de ses effets drainants, mieux vaut consommer les feuilles d’artichaut en infusion à raison de 3 tasses/jour.

L’ananas et la papaye dégomment les graisses
Hélas non ! D’ailleurs si ces fruits avaient de réelles vertus anti-capitons, il y a longtemps que l’on aurait épuisé les stocks mondiaux ! « Certaines substances de ces fruits (bromélaïne et papaïne) pourraient aider à digérer un repas riche en protéines, mais aucune étude digne de ce nom n’a prouvé leur effet brûle-graisse », affirme le spécialiste.

Oranges et kiwis sont les champions de la vitamine C
Ils sont bien pourvus avec pour 100 g, respectivement, 53 mg et 93 mg. Mais l’acérola (petite cerise des Antilles) occupe la plus haute marche du podium avec 1000 mg : c’est d’ailleurs sa poudre que l’on retrouve souvent compressée dans les comprimés de vitamine C naturelle. Puis suivent la goyave avec 243 mg et le cassis, petit mais costaud, avec ses 200 mg !

Manger des carottes garantit un teint de pêche
Leurs antioxydants, les provitamines A (alpha-carotène, bêta-carotène et bêta-cryptoxanthine), donnent effectivement une belle peau en stimulant la production de mélanine et en formant une protection naturelle contre l’action néfaste des ultraviolets. Mais inutile de vous en gaver ! D’autres fruits et légumes en contiennent également : abricot, patate douce et potiron cuits, pissenlit, persil frais, laitue romaine, baies de goji…

Les légumes bouillis n’ont aucun intérêt nutritionnel
La plupart des vitamines sont hydrosolubles et en cuisant les légumes à l’eau bouillante, on en perd une grande partie. Au-delà de 60°C, la vitamine C prend la poudre d’escampette et presque tous les nutriments – autres vitamines, ferments enzymatiques, sels minéraux, antioxydants… – sont éliminés. Toutefois, ce type de cuisson permet d’obtenir des légumes bien tendres dont les fibres ne sont plus irritantes pour les personnes à l’intestin fragile. L’idéal : varier avec la vapeur douce, le wok ou la cuisson à l’étouffée qui permet de mijoter les légumes dans leur eau de constitution et pas dans celle dans laquelle on les plonge !

Priorité au frais, le surgelé c’est moins sain
Bien sûr que les fruits et légumes frais, vendus après cueillette, sans avoir été trop longtemps stockés, transportés, oubliés sur les étals, sont une aubaine pour absorber plein de bons nutriments (vitamines, minéraux, oligo-éléments). S’ils sont tout aussi sains en version surgelée car récoltés, lavés et congelés immédiatement après récolte et donc pourvus de tous leurs nutriments qui ne sont pas détruits par le froid bien au contraire, il faut toutefois bien les sélectionner. Un sac d’épinards ou de fruits rouges au naturel, c’est bien. Mais des haricots à poêler cuisinés avec de l’huile et des lardons ou une salade de fruits avec sucre ajouté, c’est carrément moins sain !

Les oléagineux, c’est bourré de gras et hyper calorique
« Ils ont leur place dans le cadre d’une alimentation équilibrée, s’insurge Sylvain Duval. Ils contiennent des lipides mais ce sont de bons gras, et aussi des protéines (20 %), des glucides, des fibres, des vitamines et minéraux. Il faut les consommer non grillés, non salés, non sucrés. Dans ce cadre-là, les études associent par exemple la consommation d’amandes, de cacahuètes et de noix à une meilleure santé cardio-vasculaire, et parfois à une perte de poids. »

Le pamplemousse, c’est « régime » !
Ni lui ni son jus n’ont démontré d’effet minceur ou brûle-graisse. Au même titre que d’autres fruits et légumes prétendument « minceur », dont certains régimes dangereux recommandent une consommation mono-maniaque qui fait perdre du poids en 15 jours mais reprendre le double les deux semaines suivantes.

Il y a certaines variétés qu’on a intérêt à acheter bio
Si l’oignon, le maïs, l’avocat, l’ananas ou la mangue disposent de feuilles ou d’une peau épaisse les protégeant des pesticides, ce n’est pas le cas des pommes, des pêches, des nectarines, du raisin, des fraises abondamment arrosés avant récolte. De même que les carottes, les pommes de terre, les poireaux, les poivrons, la salade, le céleri, le chou frisé (kale) ou les épinards.

Il n’y a aucun risque à s’autoriser les légumes à volonté !
Crus ou cuits, les légumes sont une aubaine pour maintenir son poids de forme et devraient figurer dans la composition de chaque repas. Mais à condition de s’en tenir à 1 c. à soupe de vinaigrette pour une assiette de crudités et 1 c. à soupe d’huile pour les faire sauter. Les déguster frits en beignets, noyés dans la béchamel ou agrémentés de sauce ou de fromage, c’est sympa de temps en temps seulement, car ils deviennent alors de véritables bombes caloriques.

Le citron est acide pour le corps
« Notre estomac est un milieu extrêmement acide et aucun aliment n’est aussi acide que lui. Si le citron à un goût acide, son pH de 2,5 n’est pas plus acide que celui du vinaigre (2,7) et pas très éloigné de celui du jus d’orange (3,5) », explique l’expert. Sans compter que cette notion d’acidité reliée à la théorie acide-base, en fait un aliment alcalinisant, qui participe donc paradoxalement à diminuer l’acidité du corps.

Bourrés de sucre, les fruits sont dangereux pour les diabétiques

Consommé en excès, le fructose, naturellement présent dans les fruits et dans le miel, a un impact délétère sur la glycémie des diabétiques. Et comme il est souvent utilisé comme agent sucrant par l’industrie alimentaire, on le retrouve un peu partout si l’on n’y prend pas garde. Deux portions de fruits/jour sont autorisées dans le cadre d’une diététique anti-diabète.

Jamais de fruits au cours ou en fin de repas
« Selon un concept absurde, les fruits seraient mal digérés lorsqu’ils sont pris à table. Certaines recommandations fantaisistes proposent alors de les manger 10 minutes avant le repas, ce qui ne veut absolument rien dire au niveau physiologique. Le fruit ne sera pas instantanément digéré et se retrouvera quand même avec le reste du repas, comme lorsqu’il est mangé au cours ou en fin de repas », souligne le biologiste.

Une orange ou un verre jus, c’est la même chose
Faux ! Une orange moyenne de 150 g, c’est 63 calories. Un verre moyen de 200 ml de pur jus c’est 100 calories. Et la note augmente avec un nectar plus riche en sucre qu’en orange !

Sur les pommes, on nous raconte des salades !
La citation « Une pomme par jour éloigne le médecin pour toujours » a été modifiée ce qui laisse penser, à tort, que le fruit a des vertus santé particulières. Si la pomme est un bon coupe-faim, du fait de ses fibres douces (pectine), elle est tout de même assez sucrée (11 g/100 g soit presque autant qu’un petit verre de jus d’orange) et riche en pesticides si on ne la choisit pas bio ! Quant au véritable conseil de Sir Winston Churchill, il est moins prometteur mais plus drôle : « Une pomme par jour éloigne le médecin, pourvu que l’on vise bien… » !

Merci à Sylvain Duval, biologiste et auteur du Guide des aliments contre les idées reçues, éd. Cherche Midi.

Lire aussi 8 superfruits à adopter d’urgence

Publié le dans Check-up

Sur le même thème