Grippe : peut-on se passer du vaccin ?

Getty

La question revient aussi sûrement que l’hiver. Faut-il se faire vacciner contre cette redoutable affection virale ? Le vaccin est fortement conseillé aux seniors présentant souvent des pathologies chroniques et classés parmi les populations à risque – même si, paradoxalement, la vaccination est moins efficace chez les personnes âgées. Les épidémiologistes estiment néanmoins qu’elle permet d’éviter 2000 morts par an dans cette tranche d’âge. Contrairement à une idée reçue, la grippe est une maladie sévère, qui tue : durant l’hiver 2015, elle a contribué à une surmortalité de 18 300 décès, dont 90 % de plus de 65 ans.

Fabriqué à partir des souches virales de la saison précédente, le vaccin ne peut garantir une protection absolue, ne serait-ce que parce que les virus évoluent – mutent, disent les scientifiques – d’une année à l’autre. Par ailleurs, l’efficacité varie selon les individus. Celui-ci représente tout de même une bonne défense contre le virus H1N1, le plus courant. Il réduit notamment les risques de complications et de formes graves. Il est totalement inefficace, en revanche, contre les grippes rares et très virulentes, comme le H7N9, plus connu sous le nom de grippe aviaire.

Des effets secondaires ou indésirables peuvent survenir. Mais la plupart sont locaux et bénins. On peut ressentir une petite douleur ou, au pire, une inflammation au point d’injection, mais cette gêne ne dure pas longtemps. Une poussée de fièvre sans danger peut aussi intervenir. Un peu de paracétamol et c’est oublié. En revanche, les personnes allergiques à l’œuf ont intérêt à consulter un allergologue – le vaccin est fabriqué à partir de protéines d’œufs de poules – avant de prendre une décision. Une contre-indication, dans ce cas, est possible.

Le médecin généraliste n’est pas le seul professionnel de santé habilité à réaliser cet acte. Un(e) infirmièr(e), un centre de santé, un dispensaire, ou un centre de vaccination peuvent s’en charger. Les 65 ans et plus, peuvent retirer le vaccin gratuitement en pharmacie sur présentation d’un bon de vaccination adressé par l’assurance-maladie et rempli par le médecin traitant.

La méfiance accrue d’une partie de la population envers la politique vaccinale a fait chuter le nombre de clients à la piqûre annuelle. Les autorités sanitaires ont fixé l’objectif de couverture vaccinale à 75%. On est loin du compte : 52% chez les 65 ans et plus pour la période 2013/2014. Pourtant, si cet objectif était atteint, 3000 vies seraient sauvées chaque année. Alors, convaincus ?

Lire aussi : Bientôt un vaccin universel contre la grippe ?

Publié le dans Check-up

Sur le même thème