Faut-il croire à l’effet placebo ?

Getty Images

Un médicament sans aucune substance active qui soulage parfois autant qu’un comprimé classique ? Magie ou pouvoir insoupçonné du mental ? On fait le point.

Il fonctionne seulement sur les maladies imaginaires
Faux. Si son efficacité varie d’une pathologie à l’autre, elle a été clairement démontrée, notamment pour la migraine, l’arthrose, les douleurs articulaires, l’hypertension artérielle, l’asthme, la nausée… On estime par exemple que la moitié des effets thérapeutiques des antidépresseurs tient à un effet placebo.

On est tous égaux face à lui
Faux. Le placebo a plus ou moins d’effet selon notre personnalité (plutôt enclin à croire à sa guérison ou plutôt pessimiste) et notre foi en notre médecin. Si la confiance est forte, alors, l’attention sur la douleur, davantage détournée, se focalise sur le soulagement à venir.

On ne comprend pas comment ça marche
Vrai et faux. Lorsqu’on prend un comprimé, on se met inconsciemment en « attente positive ». Cette phase induit souvent à elle seule une modification de notre état physiologique qui entraîne des bénéfices réels pour la santé. Le corps peut ainsi synthétiser lui-même des molécules nécessaires à l’amélioration de son état  (les endorphines contre la douleur par exemple). Toutefois, on ignore encore par quelle chaîne de réactions ce mécanisme fonctionne.

Il a déjà fait ses preuves en chirurgie
Vrai. Aux Pays-Bas, une étude a montré que des patients qui croyaient avoir été opérés de l’abdomen ont vu leur mal disparaître. En réalité, l’effet placebo avait fait tout le boulot ! Ce genre d’ « opération placebo » pose toutefois de sérieux problèmes éthiques.

Il fonctionne même une fois démasqué
Vrai. Des travaux ont mis en avant que, même si le patient sait qu’il prend un placebo, l’efficacité de celui-ci est supérieure à une absence de traitement. Évidemment, son pouvoir est maximum lorsqu’on ignore sa vraie nature.

Rescapé de guerre !
C’est sur un champ de bataille au cours de la Seconde Guerre mondiale qu’un médecin de l’armée américaine, en rupture de stock de morphine, a utilisé une solution saline pour anesthésier les blessés. À sa grande surprise, ça a marché !

Lire aussi La liste noire des médicaments à éviter

Publié le dans Check-up

Sur le même thème

Pourquoi il faut manger cru

Des fruits et légumes de saison mûrs à point aux jus de légumes en passant par les sushis, makis, sashimis et autres tartares et carpaccios de viande ou de poisson…[...]