Dépression : une nouvelle piste thérapeutique

iStock

Et si la dépression nerveuse était d’origine inflammatoire ? C’est l’hypothèse qu’explore une étude menée dans les hôpitaux parisiens Necker et Sainte-Anne. Certaines dépressions seraient liées à une inflammation provoquée par les cellules de notre système immunitaire. Des recherches qui ouvrent de nouvelles pistes thérapeutiques pour les 350 millions de personnes atteintes de cette maladie à travers le monde.

Les travaux des chercheurs ont porté sur 54 patients atteints de mastocytose, une maladie rare caractérisée par l’accumulation et la suractivation de cellules immunitaires appelées mastocytes. Il faut savoir que la moitié des personnes souffrant de mastocytose présente des symptômes dépressifs. Les scientifiques ont donc cherché ce qui, dans cette maladie, est lié à la dépression. Ils ont découvert que plus il y avait d’acide quinolinique (une molécule inflammatoire) dans le sang des patients, plus leur dépression était forte.

La piste thérapeutique de ces travaux consisterait donc à tester des molécules capables de neutraliser les molécules inflammatoires des sujets dépressifs. A l’instar de la kétamine, anesthésiant aux puissants effets antidépresseurs, qui agit comme un anti-inflammatoire et bloque la production d’acide quinolinique. De quoi redonner espoir aux 30 % de personnes dépressives qui résistent aux traitements antidépresseurs.

A lire aussi : 4 pistes pour se sortir de la dépression et Une alimentation trop riche peut mener à la dépression !

Publié le dans Check-up

Sur le même thème