Pour ou contre mettre son mari au régime ?

Big Cheese / Age Fotostock

Faire des réserves pour l’hiver, c’est normal. Tout le monde se prépare à affronter le froid : les ours, les marmottes et… notre homme. Mais à force de garder ses kilos printemps après printemps, il va devoir changer de garde-robe. Et ça nous pose question.

Les arguments pour

  • C’est meilleur pour sa santé
    Et c’est tellement évident ! Le surpoids est un facteur aggravant de l’hypertension, du diabète, des maladies cardio-vasculaires… C’est mauvais pour son cœur, plus sollicité lors des efforts, pour ses articulations mises à l’épreuve (genoux, hanches, lombaires), bref c’est mauvais pour tout. Donc pas question de tergiverser, surveiller son poids est un impératif. Et on ne badine pas avec ça.
  • Meilleur aussi pour son sex-appeal
    On n’est pas contre des rondeurs : un bidon pour lui, des fesses qui prennent du volume pour nous, c’est la vie. On aime manger, se faire plaisir, voilà tout. On sait bien qu’on n’est pas obligés d’avoir la taille mannequin pour vivre heureux. Tout est dans la mesure, en réalité. Car s’il se laisse trop aller, le sex-appeal s’envole en criant au secours. Et nous, on a besoin de reconnaître son profil dans la maison.
  • Et même meilleur pour notre ligne à nous
    Hors de question de se pavaner dans la cuisine, un cornet de frites à la main pendant qu’il hésite entre haricots ou épinards à l’eau. Le mettre à la diète, c’est aussi le suivre et se montrer solidaire. Du coup, sans se mettre de pression, on se surveille aussi, nous. Et on allège le calvaire pour lui, en partageant ces quelques mois pas toujours agréables.

Les arguments contre

  • Il a encore son mot à dire, non ?
    OK, il a forci au fil des ans. Et après ? De quel droit décrèterait-on que sa silhouette ne convient pas ? Son corps lui appartient. S’il se sent bien dans sa peau, voire s’il n’a juste pas l’envie de se priver, cela le regarde lui. De toute façon, ne rêvons pas, il ne tiendra pas juste pour nous faire plaisir, seule sa propre motivation compte.
  • Jouer les nutritionnistes, très peu pour nous
    Le pousser coûte que coûte à entamer un régime, même pour son bien, c’est endosser tout à la fois la casquette de la mégère tyrannique et la blouse du médecin sévère. Autrement dit, porter un habit qui n’est pas le nôtre. Dans un couple, si l’un décide pour l’autre, l’équilibre se rompt et on court à la catastrophe. Donc on le laisse décider pour lui-même et, ce faisant, on protège aussi notre liberté : on ne le contraint pas, et il a intérêt à faire de même. En donnant l’exemple de la neutralité, on devient intouchable. CQFD.
  • L’amour pèse plus lourd que ça !
    La vie (un peu comme notre poids), c’est un yoyo : nous connaissons des hauts et des bas. Avec l’âge, le métabolisme ralentit et notre balance s’emballe. Et alors ? Tant que le docteur ne tire pas la sonnette d’alarme, pourquoi en faire une maladie. Notre amoureux, on l’aime d’un seul tenant : pour son enveloppe extérieure, mais surtout, pour sa richesse intérieure, sa personnalité, notre passé commun, notre routine rassurante, sa présence, tout simplement. Un mari, c’est aussi un meilleur ami. Et contre ça, un régime ne fait pas le poids !

Lire aussi Quel régime choisir après 60 ans ?

Publié le dans Check-up

Sur le même thème