Le champagne, un cocktail de bienfaits !

Crédit : iStock-Getty images

Depuis sa création, à la fin du XVIIe, on vante son intérêt thérapeutique. Des propriétés désormais prouvées par la science. À condition de le consommer avec modération et de le choisir bio !

Un atout pour le cerveau
Le champagne provient en grande partie de deux cépages : le pinot noir et le pinot meunier. Ces raisins noirs sont gorgés de polyphénols, des composés organiques dotés de nombreuses propriétés déjà mises en valeur dans les vins rouges. Ainsi, une consommation modérée de champagne permettrait, selon certaines études, d’améliorer les fonctions cognitives et de prévenir les maladies neurodégénératives.

Une aubaine pour la circulation
Une étude récente l’atteste : les personnes en bonne santé buvant chaque jour une à deux coupes (maximum) du divin breuvage peuvent voir diminuer le risque de contracter une maladie cardio-vasculaire. La raison ? Sa teneur en polyphénols (toujours eux!), qui stimule le fonctionnement des vaisseaux: ils favorisent une bonne circulation sanguine, diminuent la pression artérielle et réduisent la probabilité de voir des caillots de sang se former.

Un aide-mémoire inattendu
En fluidifiant la circulation sanguine, ce nectar festif améliore l’alimentation du cerveau en oxygène. Du coup, ce sont nos neurones –et par ricochet notre mémoire– qui en profitent. Toutefois, c’est bien connu, un verre en trop et les effets de l’alcool reprennent le dessus. Engendrant une fâcheuse tendance à nous faire tout oublier…

Un ennemi du cancer
Très riche en antioxydants, le champagne amoindrirait les risques de survenue de certains cancers, notamment celui de l’œsophage, du côlon et du rectum. D’autres études montrent aussi qu’il jouerait un effet préventif sur les cancers du poumon, de la thyroïde ou du rein. Toutefois, il y a controverse sur le sujet. Et à l’inverse, on sait aussi que la consommation régulière d’alcool augmente les risques de cancer du sein hormono-dépendant.

Un ami des intestins
Le raisin blanc qu’il contient lui apporte potassium et propriétés diurétiques, appréciables pour éliminer les excès. Le dioxyde de carbone qui le compose naturellement (car il est issu de la fermentation, contrairement à certains vins mousseux et aux sodas) aide aussi à lutter contre la paresse intestinale et l’aérophagie.

À lire aussi

Test : mesurez votre dépendance à l’alcool

Publié le dans Check-up

Sur le même thème