Cauchemars, sommeil agité… Des prémices de Parkinson ?

Istock/Getty Images

Votre mari vous donne souvent des coups ou pousse des cris pendant la nuit ? Ce n’est peut-être pas anodin.

A l’occasion de la semaine du cerveau qui se tient jusqu’au 19 mars, les chercheurs de l’unité des pathologies du sommeil de l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière (à Paris) ont révélé qu’un trouble du sommeil particulier qui apparaît vers 50-60 ans pourrait être annonciateur de la maladie de Parkinson.

Ce « trouble comportemental en sommeil paradoxal (TCSP) » touche 0,5 % de la population et essentiellement les hommes de plus de 50 ans. Il se caractérise par un sommeil régulièrement ponctué de cauchemars extériosés par des cris, des coups de poing… voire des insultes ! Ces crises peuvent même amener la personne à se blesser ou à blesser son conjoint.

En suivant 21 patients touchés par ce trouble et 21 patients sains, les scientifiques ont découvert que 80 % du permier groupe développaient une maladie de Parkinson au bout de six ou sept ans en moyenne. Les mouvements nocturnes sont provoqués par la perte d’un « verrou » cérébral qui paralyse normalement les muscles pendant le sommeil. Certaines IRM permettent de détecter cette lésion cérébrale, visible sous la forme d’un petit point blanc.

L’objectif maintenant est de mettre au point un traitement pour réduire la destruction de cellules neuronales entraînée par la lésion du verrou, mais aussi de réussir à détecter les personnes qui vont développer une maladie de Parkinson afin d’en ralentir l’apparition.

Le professeur Isabelle Arnulf, dont l’équipe est à l’origine de cette découverte, conseille aux personnes qui présentent des symptômes de TCSP de consulter un spécialiste sans tarder. Pour prévenir l’arrivée de la maladie, des solutions simples existent : pratiquer une activité physique régulière, boire du café régulièrement ou encore faire travailler ses neurones grâce à des exercices quotidiens.

Dans la cadre de sa campagne d’information et d’appel aux dons, la Fédération pour la recherche sur le cerveau (FRC) propose aux internautes de tester leurs compétences sur le cerveau via une plateforme interactive : http://moimoncerveau.org/.

Lire aussi Alzheimer, Parkinson… les raisons d’espérer

Publié le dans Check-up

Sur le même thème