Cancer du côlon : un nouveau test mesure son agressivité

iStock / Gettyimages

Il reste le deuxième cancer le plus meurtrier en France (17 500 décès déclarés en 2015), malgré l’instauration du dépistage gratuit à partir de 50 ans depuis les années 2000. L’estimation de l’agressivité et du risque de récidive après traitement du cancer colorectal fait l’objet de multiples recherches. Dernière en date : une équipe de chercheurs français (Inserm, université Paris-Descartes et médecins de l’AP-HP) vient de créer un test, baptisé Immunoscore, qui permet de mesurer comment la maladie va évoluer chez un patient. Une pépite pour les cancérologues qui leur permet d’adapter les traitements chimiothérapeutiques.

Ce test s’est montré efficace pour prédire quels malades étaient à haut risque de récidive (évaluée durant les cinq années suivant l’opération chirurgicale) d’après leur étude menée sur plus de 2 600 patients dans 13 pays. Il a ainsi pu identifier ceux qui devaient bénéficier d’un traitement renforcé, grâce à la détection de la densité de cellules immunitaires informatives de la progression de la maladie (lymphocytes T CD3+ et CD8+ cytotoxiques).

Et qui dit meilleure connaissance du risque de récidive dit amélioration de la survie, un enjeu dans ce type de cancer. « L’Immunoscore influençait la survie de patients plus fortement que les critères tumoraux utilisés actuellement pour guider la thérapeutique », peut-on lire dans le communiqué de presse de l’Inserm. Avant de conclure « Compte tenu des performances majeures de ce test pour les cancers du côlon, les chercheurs évaluent actuellement le test Immunoscore dans d’autres types de cancers et étudient sa capacité à prédire la réponse aux immunothérapies, qui révolutionnent actuellement la thérapeutique en cancérologie. » 

* résultats publiés dans la revue The Lancet

Lire aussi

Cancer du côlon : des céréales contre la récidive

Publié le dans Check-up

Sur le même thème