Ballonné ? 5 techniques douces pour détendre son ventre

iStock / Getty Images

Stress, sédentarité… le système digestif s’emballe et les complications arrivent. Nos conseils pour faire redescendre la pression et les tensions.

La marche qui stimule
Le manque d’activité est un des grands ennemis d’une digestion paisible et harmonieuse. Le Dr Pierre Nys invite ses patients à pratiquer la marche fractionnée. « C’est facile à mettre en œuvre, ça ne demande aucun investissement et ça remet le transit en route ! » Échauffez-vous en marchant d’un bon pas pendant cinq minutes. Puis accélérez votre rythme en avançant deux fois plus vite pendant trois minutes (votre respiration augmente, vous ne pouvez plus parler). Ralentissez durant deux minutes puis reprenez votre marche rapide trois minutes. Reposez-vous cinq minutes et recommencez une session. En hiver, profitez de la lumière entre 12 et 14 heures pour optimiser les effets positifs sur le mental.

Le massage qui allège
Un simple massage de l’abdomen après chaque repas peut éviter le coup de fatigue et de nombreux désagrément digestifs. « Procédez toujours dans le sens des aiguilles d’une montre, avec une ou deux mains en pression profonde », indique Danièle Festy.

1. Commencez par dénouer le plexus (entre les deux cotes), le centre du stress et des émotions : passez 6 à 12 fois.
2. Descendez, toujours dans un mouvement circulaire, du plexus au nombril. Vous êtes dans la zone de la cogitation. Répétez 6 à 12 fois.
3. Attardez-vous sur la zone du nombril, en dessinant ses contours, toujours 6 à 12 fois.
4. La main bien à plat sur le ventre, adoptez une respiration abdominale, profonde.
5. Terminez en posant une pierre chaude sur le plexus et une autre sur le nombril (des galets ramassés sur la plage et chauffés au bain-marie seront parfaits). En cas de colite, placez-les au congélateur. Le froid est un excellent anti-inflammatoire.
Bonus : décuplez les effets bénéfiques de l’automassage avec des huiles essentielles. Du gingembre en cas de constipation, de la lavande contre le stress et du citron pour les ballonnements. Veillez à diluer 3 gouttes de l’huile essentielle de votre choix dans une cuillère à soupe d’huile d’amande douce (ou de tournesol).

La respiration qui rééquilibre
« Les exercices respiratoires en yoga sont extrêmement importants, expose le Dr Lionel Coudron, dans son ouvrage La Yoga-Thérapie (éd. Odile jacob). En améliorant votre amplitude respiratoire, vous augmentez le déplacement du diaphragme, et par un simple jeu mécanique, massez l’ensemble de votre intestin et des organes de digestion. » Le yoga comporte également de très nombreux exercices d’automassage et des postures qui interviennent directement sur les fonctions digestives. Parmi les postures les plus courantes : la sauterelle, l’arc et la pince assise. Il ne vous reste plus qu’à vous inscrire dans un cours de yoga ou à vous procurer le livre de Lionel Coudron qui énumère toutes les postures.

L’ostéopathie qui guérit
Les patients souffrant de lumbago se plaignent souvent de troubles digestifs. « Il peut s’agir de l’impact des anti-inflammatoires non stéroïdiens prescrits pour soulager les douleurs, avance le Dr Godeberge. Les douleurs rachidiennes chroniques peuvent aussi favoriser les troubles ou inconforts digestifs. » L’intervention d’un ostéopathe va permettre d’identifier le blocage initial et de redonner toute sa mobilité à l’organe digestif qui pose problème.

L’hypnose qui soulage
L’hypnose médicale est de plus en plus utilisée dans les milieux hospitaliers pour la gestion de la douleur. Elle donne des résultats très positifs en gastro-entérologie pour calmer les spasmes et distensions, et réguler le transit. Assis confortablement sur un fauteuil, le patient est invité à fixer un point devant lui et à se laisser guider par la voix du praticien qui va progressivement l’emmener vers un état modifié de conscience. « Pour une personne qui souffre du côlon, on peut, par exemple, lui demander de décrire précisément tout ce qu’elle ressent, puis l’inviter à modifier cette perception en l’imaginant autrement », raconte le Dr Godeberge. Des travaux de recherche ont montré que sous hypnose, le ressenti de la douleur est court-circuité et que notre cerveau s’active comme si nous vivions réellement la scène suggérée. « Le simple fait d’imaginer son côlon souple, détendu et indolore peut induire des changements durables », poursuit-il. En cas de spasmes chroniques, le praticien peut suggérer au patient, toujours sous hypnose, de placer sa main sur son ventre et de ressentir « une agréable chaleur qui va venir calmer l’inflammation, la douleur, le saignement et la diarrhée. » Ou encore de se représenter son tube intestinal tel un fleuve calme, quasi immobile. Trois à cinq séances sont généralement nécessaires pour apprendre à reproduire des exercices d’auto-hypnose à la maison.

Merci au Dr Philippe Godeberge, gastro-entérologue, auteur de Qu’est-ce que tu as dans le ventre ?, éd. Hachette Pratique, à Danièle Festy, ancienne pharmacienne, coauteur de Ma bible du ventre, éd. Leduc.S, et spécialiste des huiles essentielles et au Dr Pierre Nys, endocrinologue nutritionniste, attaché des Hôpitaux de Paris, coauteur de Ma Bible du ventre, éd. Leduc. S, et spécialiste du régime Fodmaps

Lire aussi Prenez votre ventre en main

Publié le dans Check-up

Sur le même thème