L’acupuncture, c’est indiqué pour moi ?

iStock

Issue de la médecine traditionnelle chinoise, elle est aujourd’hui pratiquée dans les hôpitaux. Le point sur son vaste champ d’application qui permet de booster l’organisme. « Ce n’est pas une technique, mais bien une médecine et un système de pensée à part entière », explique le Dr Gilles Andrès, président de l’Association française d’acupuncture. Une médecine qui considère que le corps est traversé de flux d’énergie qui peuvent être perturbés. Après un examen approfondi, l’acupuncteur pique un certain nombre de très fines aiguilles, presque indolores, sur des zones spécifiques. L’objectif est de régulariser le flux d’énergie et les fonctions physiques ou psychiques visées. En clair, l’acupuncture renforce les processus d’autoguérison de l’organisme.

C’est indiqué pour quoi ? Beaucoup de problèmes chroniques du quotidien peuvent y trouver une solution durable : maux de dos, troubles digestifs, migraine, maladies de peau, stress, déprime… Son action antidouleur a même été prouvée par des chercheurs du centre médical de Rochester, en 2010. « L’acupuncture est aussi utilisée en complément de la médecine allopathique, par exemple contre la nausée et les vomissements provoqués par les traitements du cancer », complète le Dr Andrès.

Mais ça n’a aucun effet sur… presque rien. En revanche, si l’acupuncture peut soulager des douleurs en phase aiguë, comme une angine ou un accès de fièvre, il existe d’autres solutions thérapeutiques plus rapides et efficaces.

C’est abordable ? Les consultations d’acupuncture coûtent entre 30 et 80 euros, sachant qu’il faut compter en moyenne de deux à quatre séances. La Sécurité sociale rembourse généralement 23 euros par rendez-vous, mais certaines mutuelles peuvent aussi prendre en charge une partie de la consultation.

À qui s’adresser ? En France, un acupuncteur doit être obligatoirement médecin. On peut trouver un praticien diplômé près de chez soi en consultant le site acupuncture-medic.com.

Le conseil du spécialiste : « On peut utiliser l’acupuncture de manière préventive, par exemple pour stimuler le système immunitaire avant l’hiver. Certains patients reviennent aussi deux ou trois fois par an pour des séances d’entretien, notamment contre le stress. »

L’avis de Cécile, 51 ans : « Je souffre depuis l’enfance de maux de ventre qui me plient régulièrement en deux, mais on n’a jamais diagnostiqué autre chose que du stress. L’acupuncture a réglé mon problème en quelques séances. J’y retourne une fois par trimestre pour entretenir ses bienfaits ! »

Notre verdict : L’acupuncture a le mérite de s’intéresser à l’individu dans sa globalité, du physique au psychique. La consultation, longue, est agréable, car on se sent davantage «compris». Son champ d’action est plus étendu que celui de la mésothérapie, et on parvient généralement à réduire sa consommation de médicaments. Néanmoins, si on ne ressent pas d’amélioration au bout de deux ou trois séances, on passe à autre chose !

Lire aussi La mésothérapie contre les problèmes inflammatoires

Publié le dans Check-up

Sur le même thème

Quel déo pour moi ?

Impossible de faire sans ces alliés fraîcheur ! En bille ou en spray, bio ou anti-transpirant, nous avons testé les derniers-nés. Le déo naturel Stick Déodorant[...]