Paul McCartney, une anthologie de la légèreté

© GC Images/Getty Images

Une anthologie 2 ou 4 CD de l’oeuvre post-Beatles du prodige de Liverpool permet de découvrir une oeuvre d’une rare richesse.

« Soit on joue, soit on meurt », déclarait l’ancien Beatles à L’Express il y a deux ans, faisant allusion à lui-même, aux Rolling Stones et à… David Bowie. Un conseil, Paulo : continue à jouer, s’il te plaît. L’année 2016 n’est pas bonne pour la santé des génies de la pop. Croisons les doigts : McCartney, 74 ans ces jours-ci, sujet de sa très gracieuse majesté, se porte comme un charme. Et continue de balader sa silhouette juvénile sur les scènes du monde entier avec une vitalité d’adolescent. Sa voix et son talent d’instrumentiste (c’est un magnifique bassiste) sont intacts.

Cette année, il tourne pour promouvoir une anthologie, Pure (il est passé à Bercy en mai). Pas de nouvelles chansons à défendre, mais avec un tel répertoire, il y a de quoi faire : 500 chansons et 47 albums au compteur… Qui peut en dire autant ? Son œuvre post-Beatles, longtemps dénigrée, est aujourd’hui reconnue à sa juste valeur. Avec les Wings ou en solo, il a finalement écrit plus de morceaux qu’avec les Fab Four.

Disponible en version 2 ou 4 CD (39 ou 67 morceaux), Pure est une promenade dans un abondant répertoire, sans souci de chronologie. Les classiques (Mull of Kintyre) y côtoient des morceaux plus récents (Jenny Wren). Malgré quelques titres dispensables, l’homme a conservé un niveau de qualité musicale qui n’est pas toujours la caractéristique des grands anciens.

Et même s’il n’a jamais retrouvé les sommets d’Eleanor Rigby ou de Blackbird, plus d’un artiste donnerait un bras et cinq ans de carrière pour composer des morceaux de la trempe de Jet, Uncle Albert/Admiral Halsey, Maybe I’m Amazed, Let ‘Em In ou Silly Love Songs. Qu’importe si ses paroles sont niaises (elles ne le sont pas tant que ça d’ailleurs). McCartney c’est le talent mélodique pur, l’art de la légèreté. La poésie par l’harmonie. C’est la pop, quoi. Et il en sait quelque chose : c’est lui qui l’a inventée.

Paul McCartney, Pure, Concord, de 17 à 30 €.

Sur le même thème

Épater Paul Bocuse

Après les traditions (foie gras, dinde, galette des rois…), place à l’originalité ! Montrez vos talents de cuisinière en participant à un concours sur la[...]