Cinéma : on a adoré « My Cousin Rachel »

2017 Twentieth Century Fox

Avant d’être un long-métrage, My Cousin Rachel est un roman de la britannique Daphné du Maurier paru en 1951. L’écrivaine y plongeait son lecteur dans l’Angleterre du début du 19e : après avoir appris la mort de son cousin et protecteur, un lord Anglais décidait de se venger de la veuve du défunt qui, selon une dernière lettre du mort, aurait tenté d’empoisonner son mari. Mais la rencontre du jeune homme avec cette femme changera complètement la donne : cultivée, drôle, belle et sensible, Rachel ne sera pas celle qu’il avait imaginée. Il en tombe amoureux, inévitablement, aveuglément peut-être.

Et le livre, ainsi que le film, de jouer précisément sur l’ambiguïté : Rachel est-elle une oie blanche ou au contraire la plus maligne des meurtrières ? Le réalisateur de Coup de foudre à Notting Hill s’amuse sans cesse avec cette question, filmant tour à tour la fragilité puis le tempérament affirmé de son héroïne. Insondable, intrigante et fascinante, Rachel Weisz, célèbre pour ses rôles dans The Constant Gardener ou The Lobster (et épouse de Daniel Craig), incarne ce double visage à la perfection. Dommage en revanche que son partenaire Sam Claflin (vu dans la saga Hunger Games) soit aussi fade et inexpressif.

My Cousin Rachel, drame de Roger Michell avec Rachel Weisz, Sam Claflin, Holliday Grainger… 1h46. Actuellement en salles.

Lire aussi Télé : 6 feuilletons et séries à ne pas rater cet été

Sur le même thème