Cinéma : les meilleures comédies de la rentrée

En 2017, la comédie était le genre préféré des Français : elle attirait 35,4 millions de spectateurs dans les salles*. Raid Dingue, Alibi.com et Le Sens de la fête drainaient notamment plus de trois millions de spectateurs chacun. 2018 devrait confirmer la bonne forme de l’humour franco-français si l’on en croit les plus de 5 millions d’entrées réalisées par Les Tuche 3 ou La Ch’tite famille. Friand du genre depuis toujours, et plus encore en période d’insécurité ou de crise économique, le public hexagonal a plus que jamais envie de rire. Et il sera bien servi en cette rentrée. La production nationale a misé sur des auteurs qui ne considèrent pas la comédie comme une machine à cash mais comme un exercice à part entière, capable de véhiculer des messages politiques ou sociaux, d’attirer des acteurs exigeants et dignes d’une mise en scène soignée. Depuis le succès critique et commercial d’Intouchables, dont le duo Nakache/Toledano a cartonné avec ses 19,5 millions d’entrées, certains investisseurs, acteurs et réalisateurs qui n’osaient pas s’aventurer dans le rire auparavant se l’autorisent désormais, et dans des projets bien plus ambitieux que les pitreries graveleuses ou irrespectueuses qui trop souvent envahissent les écrans. On a sélectionné pour vous quatre comédies réjouissantes qui, bientôt dans les salles obscures, devraient réconcilier critique et box-office.

Le Poulain
Sans l’avoir cherché ni vraiment voulu, un jeune homme de 25 ans devient l’assistant de la directrice de communication d’une candidate à la présidentielle. Aux côtés de cette professionnelle intelligente mais sans scrupule, l’agneau se transformera en loup de la politique. L’auteur de BD Mathieu Sapin, qui déjà avait croqué les coulisses de l’Élysée dans son livre-reportage Le Château, confirme une plume aiguisée et acide pour conter les rouages du pouvoir français. Alexandra Lamy, en maîtresse femme, trouve ici son meilleur rôle.
Le Poulain, de Mathieu Sapin, avec Alexandra Lamy, Finnegan Oldfield… 1 h 37. En salles le 19 septembre.

I Feel Good
Quand Jean Dujardin s’associe à Gustave Kervern et à Benoît Delépine, duo de réalisateurs des poético-déjantés Mammuth et Saint Amour, le résultat fait des étincelles. La star française se glisse dans le peignoir d’un fainéant arriviste qui, obsédé par l’argent, tente de profiter des membres de la communauté d’Emmaüs dirigée par sa sœur. Sur fond de lutte des classes, cette comédie sociale grinçante dézingue le chacun pour soi et la superficialité de nos sociétés.

I Feel Good, de Benoît Delépine et Gustave Kervern, avec Jean Dujardin, Yolande Moreau… 1 h 46. En salles le 26 septembre.

Voyez comme on danse
Dix-sept ans après Embrassez qui vous voudrez, Michel Blanc donne une suite à sa comédie chorale en se concentrant sur ses trois personnages féminins, tous chahutés par la vie. Véro (Karin Viard) frise l’hystérie quand elle apprend la grossesse de sa fille de 17 ans, la bourgeoise Elizabeth (Charlotte Rampling) doit faire face à l’arrestation de son magouilleur de mari et Lucie (Carole Bouquet) ne supporte plus la paranoïa de son compagnon. Le trio de comédiennes est l’atout majeur de ces tranches de vie qui s’inscrivent dans l’esprit du film sorti en 2002.
Voyez comme on danse, de Michel Blanc, avec Karin Viard, Carole Bouquet, Charlotte Rampling…  1 h 25. En salles le 10 octobre.

Le Grand Bain
Le comédien Gilles Lellouche dirige Mathieu Amalric, Guillaume Canet et Benoît Poelvoorde dans une comédie sociale et chorale qui n’est pas sans évoquer The Full Monty. Des hommes à la dérive sortent la tête de l’eau en intégrant un club de natation synchronisée, grâce auquel ils découvrent les bienfaits du sport, de l’amitié et de la solidarité. De beaux portraits, tendres et délicats, assortis d’irrésistibles scènes de comédie. Notre coup de cœur !

Le Grand Bain, de Gilles Lellouche, avec Mathieu Amalric, Guillaume Canet, Benoît Poelvoorde… 2 h 02. En salles le 24 octobre.

Lire aussi

Cinéma : des films à voir en famille !

Sur le même thème