Cinéma : faut-il aller voir « Jackie » ?

Bac Films


22 novembre 1963. JFK est assassiné à Dallas sous les yeux de sa femme Jackie. Laquelle, toujours sous le choc et inquiète pour son avenir et celui de ses enfants, organisera les funérailles de son époux, 35e Président des Etats-Unis. Sans être en pleine possession de ses moyens, la First Lady devra faire des choix rapides pour rendre hommage à son mari et à l’homme politique qu’il fut.

Jackie n’a donc rien du biopic classique. Pablo Larrain ne choisit pas de conter la vie toute entière de Jacqueline Bouvier mais tente de cerner sa personnalité en se concentrant sur l’épisode le plus tragique et traumatisant de son existence. Se dessine alors le visage d’une femme complexe, apparemment fragile mais assurément déterminée à ne pas s’en laisser conter. A travers des flashbacks narrant notamment les travaux d’embellissement de la Maison Blanche, le cinéaste chilien rappelle aussi quelle femme de lettres et d’art était la première dame la plus populaire de l’histoire des Etats-Unis. Qui dit icône dit d’ailleurs actrice mythique : Natalie Portman semblait toute désignée pour camper cette gracile et timide Jackie à la sensibilité aussi exacerbée que son tempérament était trempé. Certes, le long-métrage joue tellement la pudeur et la retenue qu’il manque parfois d’émotion mais la prestation oscarisable de son actrice, le parti pris scénaristique et la reconstitution, sobre et élégante, compensent largement ce bémol.

Jackie, de Pablo Larrain avec Natalie Portman, Peter Sarsgaard, Greta Gerwig. 1h40. Actuellement en salles.

Lire aussi Cinéma : on a vu et adoré « La La Land »

Sur le même thème