« Le Musée des merveilles » : notre coup de coeur ciné du moment

Crédit : Mary Cybulski

Magnifique film sur l’enfance que ce Musée des merveilles, adapté du roman jeunesse illustré de Brian Selznick Black out. Rose, fillette née sourde, y traverse New York en 1927 pour aller à la rencontre de l’actrice qu’elle admire. Cinquante ans plus tard, dans le Queens funky de 1977, Ben, garçon privé de l’ouïe après un accident, fugue et part à la recherche de son père qu’il n’a jamais connu. Leurs parcours, contés en parallèle, finiront irrémédiablement par se croiser.

En version originale, le long-métrage porte le titre de Wonderstruck qui signifie « Émerveillé ». Et c’est bel et bien l’état qui ne quittera pas nos petits héros (et les spectateurs) durant près de deux heures. Incapables d’entendre le monde alentour, les gamins le dévorent littéralement des yeux : portée par un incroyable travail sur la lumière (surtout dans la partie de Rose, tournée en noir et blanc), la mise en scène s’en fait le magnifique relais. La poésie de l’image n’a d’égale que celle du scénario qui, avare en mots, rend hommage au cinéma muet et à l’expressionnisme. Par ailleurs, nul besoin de paroles quand les interprétations (du jeune tandem mais aussi de Julianne Moore), les regards et les silences sont aussi éloquents. Empli de nostalgie et de féerie, véritable déclaration d’amour au septième art et réflexion bouleversante sur la solitude de l’enfance, ce conte merveilleux vous tire les larmes et vous accroche le cœur avec beauté, force et simplicité.

Somptueux récit cinématographique, le mélodrame de Todd Haynes est aussi l’occasion de redécouvrir les grands musées historiques de New York. Outre le musée du Queens, décor d’une séquence finale déchirante mettant en scène une maquette géante de la Grosse Pomme, le Museum d’histoire naturelle, où se déroulait déjà la comédie familiale La nuit au musée avec Ben Stiller, se fait ici le théâtre fantasmatique d’une partie majeure du long-métrage. De quoi voyager à plus d’un titre !

Le Musée des merveilles, de Todd Haynes, avec Oakes Fegley, Millicent Simmonds, Julianne Moore… États-Unis, 1 h 55. Sortie le 15/11.

À lire aussi Télé : le meilleur de la semaine

Sur le même thème