5 bonnes raisons de partir au Vietnam

iStock / Gettyimages

Exotique et fascinant, le pays du dragon allie une beauté naturelle à couper le souffle et un envoûtant patrimoine culturel, tout en cultivant l’art de l’hospitalité. Une délicieuse invitation à l’évasion…

Un climat propice en mai et octobre
Étirant ses montagnes et ses plateaux sur près de 1500 km à l’extrémité orientale de la péninsule indochinoise, le Vietnam est un balcon sur le Pacifique. Sa géographie singulière enflamme l’imagination. Pour les uns, c’est un dragon, symbole de force et de chance, dont l’épine dorsale serait la cordillère qui s’étire du nord au sud du pays. Pour les autres, une palanche (ce système de portage aussi vieux que le pays lui-même) lestée de deux sacs de riz : les delta du fleuve Rouge et du Mékong. Mais il évoque surtout le phénix, cet oiseau fabuleux qui renaît de ses cendres. Son identité s’est affirmée au fil d’une histoire mouvementée et son agilité à saisir la modernité fascine.
Si le Vietnam demeure une destination confidentielle pour les Français, le tourisme asiatique est en plein boom et il n’est pas toujours facile d’échapper à la foule sur les sites. Il n’y a pas de bonne ou de mauvaise saison pour le visiter car s’il fait beau au nord, on suffoque dans le Sud, et quand les températures sont clémentes côté sud, il fait frais et humide dans le Nord ! Mai et octobre sont considérés comme les mois les plus agréables. Évitez en tout cas la période de la fête du Têt (le Nouvel An lunaire), très chargée. L’itinéraire que nous vous avons concocté du nord au sud, dans le sens de l’Histoire, vous invite à découvrir une nation renaissante, entre traditions ancestrales et mémoire de l’Indochine. Un périple à vivre les yeux et le cœur grands ouverts. Car, au-delà de l’évidente beauté de ses paysages d’estampe, le Vietnam bouleverse par la formidable résilience d’un peuple dont la résistance à tant d’épreuves force l’admiration.

Hanoï et la baie d’Along, l’âme du dragon
L’élégante capitale millénaire du Vietnam est aussi l’ex-capitale de l’Indochine. Atmosphère traditionnelle, cachet colonial et vieille ville extraordinaire avec ses « maisons en tube », ses petits marchands et ses nuées de deux-roues intrépides qui déboulent de partout : le quartier des 36 rues est un incroyable charivari qui s’explore en cyclo-pousse.
Aussi belle sous un ciel bleu que lorsque ses pains de sucre aux formes fantasmagoriques surgissent de la brume, la baie d’Along est la star du tourisme vietnamien. Le scénario idéal consiste à embarquer pour une croisière de deux jours à bord d’une jonque-hôtel rétro. Un moment poétique même s’il y a désormais beaucoup de bateaux dans le golfe du Tonkin… Une embarcation privée sera un peu plus onéreuse mais elle vous permettra d’éviter la foule.

Immersion romantique à Huê et Hoi An
Si la Cité pourpre interdite de la dynastie Nguyên a beaucoup souffert des conflits du XXe siècle, la citadelle de Huê demeure un exemple remarquable de capitale féodale orientale. Les rues qui cernent l’enceinte impériale font découvrir le quotidien de cette paisible cité-jardin qui bénéficie d’une aura intello unique au Vietnam. Les mausolées des rois Nguyên ont pour la plupart été érigés du vivant des souverains, qui les utilisaient comme résidences secondaires. Sur les rives de la rivière des Parfums, ces palais noyés dans la végétation exhalent une beauté paisible. Ils se découvrent au fil de l’eau ou en pédalant sur les petites routes alentour : ici, on a l’impression de circuler dans un immense verger.

Le port de Hoi Han a été une plaque tournante du commerce en Asie du Sud-Est entre le XVe et le XIXe siècle, avant de s’assoupir : «shop houses » en bois précieux et façades coloniales jaune moutarde, pont couvert japonais et pagodes chinoises, c’est un miracle d’harmonie. Les cars déversant les touristes l’après-midi, c’est dès potron-minet qu’il faut explorer cette vieille ville envoûtante et raffinée, classée par l’Unesco.

De Saïgon au delta du Mékong, la moiteur du Sud
Bouillonnante capitale économique du Vietnam, autrefois celle du Sud-Vietnam, l’ancienne Saïgon, rebaptisée Hô Chi Minh-Ville en 1975, se précipite dans la modernité avec l’esprit frondeur qui a l’a toujours caractérisée mais conserve la mémoire du « petit Paris de l’Extrême-Orient ». En selle pour un « dine around » pétaradant avec les aimables pilotes de Vespa Rouge : palourdes, nems et crêpes farcies dans des gargotes de rue appelées « restaurants de poussière » et « ca phê », sur fond de musique pop, c’est une plongée délicieuse dans la moiteur de la ville…

Le fleuve des neuf dragons rythme les choses de la vie dans l’immense et basse plaine extrêmement fertile traversée par ses neuf bras. Ici pousse l’essentiel du riz produit par le pays. Barges surchargées de marchandises et petites embarcations viennent s’approvisionner au marché flottant de Cai Rang, le plus important du delta du Mékong. À bord d’un minuscule sampan, on se faufile aussi sous la cathédrale végétale d’un arroyo (petit canal) jusqu’à la terrasse d’une maison sur pilotis qui fait table d’hôte.

N’oubliez pas le guide !
Pour ne rien manquer des incontournables du pays du Dragon, comptez un minimum de 9 nuits sur place. Davantage si vous voulez aussi découvrir les montagnes et les rizières en terrasse de la région de Sapa ou terminer votre voyage tout en douceur par quelques jours en bord de mer. Si vous ne voyagez pas en groupe, nous vous recommandons vraiment de recourir aux services d’un guide francophone qui vous permettra de mieux appréhender la réalité quotidienne et sera aussi votre traducteur auprès de la population : vous aurez ainsi la chance de vivre des rencontres privilégiées. Pour gommer les distances, prévoyez quelques vols intérieurs. Et si vous ne souhaitez partir qu’une semaine, concentrez-vous sur le Nord, berceau de la culture vietnamienne : pour sûr, vous voudrez ensuite revenir visiter le Sud…

Lire aussi

Ananas, litchi, mangue… les vertus nutritionnelles des fruits exotiques

Vietnam mode d'emploi

S’informer : rendez-vous sur vietnamtourism.com

Combien ça coûte ? Comptez 1400 € à 1800 €/pers. pour un circuit accompagné de 9 ou 10 nuits, vols inclus. Pour quelques centaines d’euros de plus, hébergements de charme ou formule en voiture privée avec chauffeur seront à votre programme. Renseignements en agences de voyages ou sur Internet : asia.fr, maisondelindochine.com

Formalités : passeport valide six mois. Pour les citoyens français, pas de visa pour les séjours de moins de quinze jours (revérifier avant de partir).

Marchandage : il se pratique… avec le sourire ! Petites ou grosses remises à la clef, suivant le prix de départ.

Pourboire : les Vietnamiens n’en attendent pas mais sont toujours heureux d’en recevoir un. Dans le tourisme, c’est une tradition pour les guides et les chauffeurs (10 USD par jour environ).

Cadeaux : si vous êtes invité, il est de coutume d’apporter un présent… qui ne sera pas ouvert devant vous. On laisse le prix dessus et la facture pour qu’il puisse être échangé. Ne pas offrir de fleurs (associées aux funérailles) ni de savon (manque d’hygiène). Les produits français sont très appréciés.

Ça ne se fait pas : s’énerver et hausser la voix en cas de désaccord, surtout en public. Même si on a raison, il ne faut pas faire perdre la face à son interlocuteur.

Publié le dans Changer d'air

Sur le même thème