Le saumon fumé, c’est le nouveau caviar !

Istock/Getty Images

Ça va mal chez les fournisseurs de saumon. Les productions norvégiennes et chiliennes stagnent et la demande en poisson rose explose en ces périodes de fêtes de fin d’année. Résultat, les prix se sont envolés de plus de 60 % depuis le début de l’année et risquent de s’accroître davantage avant Noël.

Cette inflation des prix est due à plusieurs facteurs. D’abord, nous sommes de plus en plus friands de saumon. La Norvège, qui élève et produit environ 65 % du saumon au niveau mondial, est obligée de freiner son activité au risque de faire disparaître l’espèce définitivement. Ensuite, le Chili, deuxième producteur de saumon, est envahi de micro-algues rouges depuis le printemps dernier. Elles déciment la population des poissons à la chair orangée. Du coup, les acheteurs se rabattent sur la Norvège, qui n’arrive plus à répondre à toutes les demandes.

En France, premier pays consommateur de saumon, les entreprises de fumage ont du mal à sortir la tête de l’eau. Elles sont obligées d’acheter le poisson entier jusqu’à 40 % plus cher et doivent augmenter les prix pour continuer à générer du profit. Depuis un an, certaines marques ont d’ailleurs augmenté les prix de leur part de saumon fumé jusqu’à 30%. Le phénomène du bio a aussi des répercussions sur le prix du saumon. Les poissons qui arborent le label rouge se font plus rares et la demande est tellement importante que l’éventualité d’une pénurie totale est envisagée… Dans les supermarchés et les poissonneries jusqu’à la fin de l’année, attendez-vous donc à devoir payer plus cher vos filets, si vous voulez savourer un repas de Noël digne de ce nom…

Lire aussi Des oméga-3 pour éviter la crise cardiaque

Sur le même thème