Assumer ses 50 nuances de gris

Getty Images / Hero Images

Couvrez ce cheveu blanc que je ne saurais voir ! Pendant longtemps, les femmes ont impitoyablement traqué les fils d’argent dans leur chevelure pour les dissimuler à grand renfort de teintures, couleurs, balayages, mèches…

Parce qu’afficher une teinte poivre et sel, quel que soit son âge, les classait sans autre forme de procès dans la catégorie des ancêtres. Dans une société où vieillir est quasiment devenu une faute de goût, il n’y avait guère d’autre option qu’un passage par le bac du coiffeur. Les temps changent et les femmes aussi.

Aux États-Unis, des stars comme Jamie Lee Curtis, Meryl Streep ont adopté la tendance du « going grey » (devenir gris). En France, la journaliste et romancière Sophie Fontanel a opéré sa mutation capillaire qu’elle a d’abord racontée sur son compte Instagram avant d’en faire un ouvrage Une apparition (éd. Robert Laffont). Tout comme la chanteuse Lio qui désormais montre patte blanche ! Cette démarche salutaire, que de plus en plus de femmes revendiquent, témoigne de l’envie légitime de se révéler à soi-même et de s’accepter. C’est aussi une manière de bousculer les codes de la séduction et d’interroger nos croyances. Qu’on se le dise, Grey is beautiful.

Lire aussi Comment entretenir ses cheveux blancs ?

Sur le même thème