Comparateurs de billets d’avion : bientôt la fin des pratiques abusives !

iStock/Getty Images

Vous avez passé des heures à comparer les tarifs et les horaires pour trouver le bon vol, et soudain le prix de votre billet grimpe au moment où vous vous apprêtez à entrer votre numéro de carte bleue… Rassurez-vous, les surprises de ce genre devraient bientôt n’être plus qu’un mauvais souvenir !

Un arrêté publié au Journal officiel impose de nouvelles règles d’affichage des tarifs aux comparateurs de billets en ligne pour tous les types de transport. À partir du 1er juillet, ils devront afficher le prix final de manière claire dès le début du processus de réservation.

Car cette pratique abusive est courante : attirer l’internaute avec un tarif bas qui n’est en fait valable qu’avec un certain type de carte bancaire (par exemple, une carte de débit au lieu d’une carte de crédit). La note est plus salée lorsqu’on se rend compte que, comme par hasard, on possède un autre moyen de paiement et qu’on doit débourser, par exemple, 20 ou 30 € de plus pour un vol vers l’Europe… Suite à la demande des autorités de protection des consommateurs de l’UE en 2016, les sites de comparaison ont fait quelques efforts en affichant en plus gros les conditions d’application de ces réductions mais sans mettre totalement fin à la pratique.

Au 1er juillet, ce tarif avantageux mais trompeur ne pourra être proposé que si le professionnel est en mesure de justifier qu’il concerne le moyen de paiement le plus couramment utilisé par les destinataires de l’annonce.

Si vous prévoyez de partir en vacances prochainement, les sites des comparateurs peuvent être pratiques pour rechercher les tarifs et les horaires, mais l’idéal reste de réserver directement sur le site de la compagnie pour éviter les mauvaises surprises.

Bon à savoir : si vous avez choisi un vol non échangeable et non remboursable, en cas d’annulation vous pouvez quand même vous faire rembourser la taxe aéroport et la redevance passager, qui peuvent parfois représenter jusqu’à la moitié du prix du billet. Vous devez en faire la demande auprès de la compagnie, en envoyant une lettre recommandée avec accusé de réception ou bien en ligne, en veillant bien à joindre une copie du billet non utilisé. Le nouvel arrêté précise que le montant de ces taxes devra être indiqué clairement avant la finalisation de la commande.

Lire aussi Réserver un vol sur Internet sans se faire arnaquer

Publié le dans Conso futée

Sur le même thème